Le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Theo Francken veut rapatrier les illégaux marocains vers leur pays

Son message aux Albanais a été reçu cinq sur cinq : «  La Belgique n’est pas un pays de cocagne, cela ne sert donc rien de perdre votre temps et votre argent à tenter d’y obtenir l’asile, souvent sur base de fausses attestations au sujet de prétendues vendettas dont les demandeurs seraient victimes . »

Le taux de reconnaissance est plutôt bas : 86 %. C’est pis encore pour les régularisations pour raison humanitaire ou médicale : 98 % de refus ! « C’est donc quasiment toujours le retour à la case départ », commente M. Francken. «  On va dire que je suis dur si je parle de multiplier les vols de rapatriement ; je serais le plus heureux des hommes s’ils partaient volontairement, mais ce n’est pas le cas . »

Des accords bilatéraux à trouver avec de nombreux pays

Les vols de rapatriés vont donc se multiplier, : plutôt un par mois qu’un par trimestre et pas que vers l’Albanie, bien sûr. Il y en a encore deux de prévus d’ici la fin du mois, parfois en coordination avec nos voisins (la France, par exemple).

Si le message est bien passé en Albanie, appuyé par une campagne dans les médias locaux, c’est un travail de longue haleine avec d’autres pays. Quels pays ? Le secrétaire d’État se fait plus évasif, affirme que des pays collaborent volontiers avec nous à la condition que cela ne soit pas médiatisé. Il dit encore qu’il ne veut fustiger personne, mais il est clair que le Maroc est sur la liste.

> Nos informations exclusives et notre reportage en direct de Tirana, à lire dans nos éditions papiers et numériques de ce jeudi.