Braives: Gérard Pétré risque 3 ans de prison pour avoir tué Viviane et l’avoir abandonnée, agonisant dans un fossé

Gérard Pétré et son épouse ont comparu hier devant le tribunal correctionnel de Huy. Le couple braivois risque gros. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que leur comportement et leur discours durant l’audience avaient de quoi interpeller, voire choquer.

Gérard Pétré a 67 ans. Il a reconnu qu’il conduisait la voiture qui a percuté Viviane Nahon, le 17 mars 2013. Mais il n’a pas réellement exprimé de remords.

Ce fameux dimanche soir de mars 2013, Viviane et sa petite voisine de 10 ans participaient à l’opération de sauvetage des grenouilles, pour leur faire traverser la route. Elles se trouvaient toutes les deux rue de la Pompe à Braives. Viviane, prudente, avait mis un gilet fluorescent à la petite et portait le sien. Elle s’était aussi munie d’une lampe frontale pour se rendre visible aux voitures.

Mais ça n’a pas suffi. Gérard Pétré, lui, était allé chercher son épouse à Ville-en-Hesbaye. Il avait bu quelques verres sur place, avant de reprendre le volant. En arrivant rue de la Pompe, il affirme qu’il n’a pas vu la signalisation lui indiquant qu’il devait rouler à 30km/h, sur cette voirie, généralement limitée à 90km/h. Il s’y est engagé à une vitesse modérée selon lui, autour de 60km/h. Et il affirme qu’il n’a pas vu Viviane Nahon. Il l’a percutée de plein fouet. La maman braivoise a été envoyée dans le fossé, mortellement blessée.

Et c’est le discours de Gérard, racontant cet épisode, qui a abasourdi tout le monde : « J’ai senti un choc. Je me suis arrêté. J’ai fait quelques mètres et j’ai vu quelqu’un allongé dans le fossé. Je ne savais pas si c’était une femme ou un homme. Mais la personne ne bougeait plus. Je me suis dit qu’elle était morte. Alors je suis remonté dans ma voiture et je suis rentré chez moi. Ma femme, à côté de moi dans la voiture, était paniquée, tétanisée. En rentrant, j’ai appelé ma fille, qui a téléphoné à la police ».

Ce que Gérard oublie de préciser, c’est qu’il n’a prévenu sa fille qu’une heure trente après les faits. Cette dernière a eu le bon réflexe, elle a appelé la police aussitôt.

La petite voisine qui se trouvait avec Viviane au moment des faits, avait, elle, alerté les secours bien avant. Mais il était déjà trop tard. Viviane n’a pas survécu à ses blessures.

Durant l’audience, Gérard a présenté cette version, sans sourciller, devant le mari et les deux enfants de Viviane, émus, sur le banc de la partie civile. Il n’a pas eu un seul mot pour eux, expliquant par contre, que cet accident avait été un grand malheur pour lui.

Tous les détails dans La Meuse Huy-Waremme de ce jeudi.

Retrouvez le aussi dans nos éditions numériques.