Affaire Kubla: Florence Reuter n’a pas pu retenir quelques larmes en évoquant son prédécesseur

Après avoir remercié les Waterlootois pour leur confiance, Florence Reuter, qui s’est mise en congé de ses fonctions de députée pour assumer désormais le mandat de bourgmestre, a rendu hommage à son prédécesseur. Elle n’a alors pas pu retenir son émotion, versant quelques larmes.

« C’est une longue et très belle page de l’histoire de Waterloo qui se tourne. Je veux saluer le travail effectué par Serge Kubla durant 32 ans. Il a fait de cette commune la magnifique commune que vous connaissez. Personne ne pourra lui enlever ce travail pour l’intérêt général et pour sa ville, qu’il aime profondément »,a affirmé la nouvelle bourgmestre, la voix étranglée par les sanglots.

En ouvrant la séance et avant de prêter serment, Florence Reuter avait repris quelques extraits de la lettre de démission de Serge Kubla. Il s’agissait de souligner que Serge Kubla avait décidé de démissionner dans l’intérêt de sa commune, ainsi que de répercuter ses remerciements aux membres de l’assemblée et au personnel communal.

L’opposition Waterlootoise se fait déjà entendre

Après avoir prêté serment entre les mains du premier échevin Yves Vander Cruysen, la nouvelle bourgmestre de Waterloo Florence Reuter (MR) a eu droit aux premiers commentaires des chefs de file de l’opposition. Avec d’abord les félicitations d’usage, mais aussi d’emblée quelques piques acérées. L’opposition a ainsi souhaité un «changement de style» à la tête de la commune, sous-entendant que le dialogue avec Serge Kubla était difficile. La nouvelle bourgmestre a contesté cette vision des choses. «Et pour le style, vous verrez bien au fil des mois ! », a-t-elle ajouté.

Etienne Fabri d’Eneilles, pour le groupe MVW, a souligné les défis à relever pour Waterloo, notamment en terme de mobilité. Il a demandé un «dialogue indispensable en vraie démocratie». Jean-Louis Verboomen, pour Ecolo, a indiqué avoir lu que Florence Reuter inscrirait son action dans la «continuité». Evoquant des «manquements à l’éthique», il a demandé à la bourgmestre si elle exercerait des activités professionnelles en plus de son mandat rémunéré, provoquant des remous dans la salle et parmi les élus. Le conseiller a aussi affirmé que Serge Kubla laissait peu de latitude à ses échevins.

Florence Reuter a répondu que tous les mandataires MR avaient l’éthique du parti en tête en prêtant serment. Et que sa fonction principale et unique était désormais celle de bourgmestre. Elle a également souligné les discussions ouvertes qui ont lieu au sein du collège communal, lequel «travaille dans un esprit d’équipe».