Lore tuée parce qu’elle voulait s’émanciper de son mari, Rifad, de plus en plus islamiste

C’est en 1995 que Franck Vermeersch est venu s’installer dans cette charmante villa de Chaudfontaine. Ingénieur originaire de Gand, il a déménagé après son divorce et vit depuis dans la région liégeoise, avec sa compagne Françoise Roelandts.

Mais depuis le mort de la fille de Franck, leur vie a complètement basculé. « C’était le 12 février », raconte-t-il. « La directrice de l’école de Petegem, où sont scolarisés les quatre enfants, s’est étonnée de leur absence. Sans réponse de leur maman, elle a envoyé la police à leur domicile. Et là, les agents ont découvert le corps de Lore, tuée de trois balles de revolver. »

De suite, les soupçons se portent sur son mari, Rifad, un Kosovar de 33 ans qu’elle a épousé lorsqu’elle avait 20 ans et avec qui elle a eu quatre enfants : Alice (prénom d’emprunt) 8 ans, et des triplés âgés de 3 ans : Florian, Medina et Elisa.

Tous les cinq sont introuvables et un avis de recherche international est aussitôt lancé via Interpol et Child Focus. « Leur travail a été remarquable, tient à souligner Franck Vermeersch. Car le soir même, Rafid était arrêté avec Alice, à la frontière slovéno-croate, à 1600 km de Petegem. »

Restait à savoir où se trouvaient les triplés ? « Ce sont les deux frères de Rifad eux-mêmes », reprend leur grand-père,« qui se sont rendus à la police de Bomberg (près de Nuremberg en Allemagne) pour expliquer que leur frère leur avait confié ses trois petits enfants avant de repartir au Kosovo. »

Alice a pu rentrer deux jours plus tard en Belgique et Franck et Françoise l’ont directement accueillie à Chaudfontaine.

« Et c’est ma sœur (55 ans), qui a proposé de s’occuper des triplés. Ses propres enfants sont grands, elle habite une belle maison près de l’école des petits, elle s’en sentait capable. Je les aurais bien pris en charge aussi, mais je suis réaliste. J’ai presque 60 ans et il faut envisager le long terme. »

Quant au meurtrier présumé, il a été extradé il y a trois semaines et transféré à la prison d’Audenarde. « Aux dernières nouvelles, il nie totalement les faits, mais il n’avance aucun autre argument pour expliquer sa fuite vers le Kosovo. »

Au travers de témoignages de proches ou de son profil Facebook, l’enquête permet pourtant de révéler sa radicalisation islamiste de plus en plus importante ces derniers mois. Il était de plus en plus strict avec son épouse et de plus en plus absent le soir.

Quant à Lore, elle ne le supportait plus, elle voulait s’émanciper. Et cette volonté de ne plus se laisser faire pourrait être la cause du drame.

> Plus d’informations à ce sujet dans les journaux du groupe Sudpresse de ce vendredi, ainsi que dans nos éditions numériques