Bruxelles: le sans-papiers qui s’est immolé ce jeudi est décédé

Jeudi matin, un jeune homme de 25 ans, d’origine guinéenne, s’était immolé dans les toilettes de l’Office des étrangers, à la chaussée d’Anvers, à Bruxelles. L’homme était sans-papiers et s’était vu refuser une nouvelle demande de régularisation sur notre territoire. Il était arrivé en 2008 et essayait depuis lors de se mettre en règle. Malgré sa rapide prise en charge par les services de secours, son pronostic vital était engagé.

Plusieurs associations de défense des sans-papiers avaient déjà exprimé, depuis hier, leur tristesse face à cet acte désespéré. Mamadou Diallo, porte-parole du collectif Ebola, un comité de soutien guinéen, s’était interrogé sur les conditions de ce dramatique événement. Il jugeait effarant qu’un individu puisse pénétrer dans un bâtiment hautement sécurisé avec des produits inflammables. Les raisons de son geste ne sont pas encore connues, même si plusieurs représentants d’associations estiment que ce nouveau refus de régularisation ait pu jouer un rôle.

C’est le deuxième sans-papiers qui décède en deux jours. Un homme d’origine marocaine s’est également ôté la vie dans le centre fermé de Merksplas. Après avoir entamé une grève de la faim lundi dernier, il avait été retrouvé pendu dans sa cellule.