Le témoignage choc du chauffeur d’un djihadiste de la cellule de Verviers: "J’ai juste eu le temps de fumer une cigarette avant les tirs"

« Appelez-moi Ryan », nous demande le jeune Bruxellois d’environ 25 ans, que nous avons rencontré à deux reprises. Lui, il n’est pas un soldat emblématique comme celui du film de Spielberg auquel il fait une allusion à la fois ostensible, timide et souriante.

C’est plutôt le « soldat Marouane » que notre interlocuteur veut défendre. Pas par conviction, ni même grande amitié (ils se connaissent depuis à peine 2 ans), mais simplement pour rétablir une vérité à laquelle il a assisté en direct ou quasiment. Lors de faits qui ont durement marqué la Belgique, une semaine après l’attentat de Charlie Hebdo : l’assaut d’une cellule terroriste islamiste dans une maison de la rue de la Colline à Verviers, le 15 janvier 2015. Avec deux morts et un énorme écho médiatique.

Lors de cet assaut, deux Molenbeekois suspectés de préparer des attentats terroristes en Belgique ont été abattus : Sofiane Amghar (26) et Khalid Ben Larbi (23). Un troisième, qui venait de les rejoindre dans la maison, a pu échapper aux balles en sautant par la fenêtre de la salle de bain : Marouane El Bali (25), qui est toujours sous mandat d’arrêt, inculpé d’association à une organisation terroriste.

« Il m’a demandé si je voulais bien le conduire »

Il venait donc d’arriver de Bruxelles, mais depuis quelques minutes à peine, alors que la version officielle de la police et du parquet fédéral est, depuis toujours, de soutenir qu’une quarantaine de minutes se sont écoulées en observations et sommations avant d’attaquer le trio.

«  C’est impossible », soutient « Ryan », dont les enquêteurs connaissent bien l’identité, puisqu’il a été auditionné pour la première fois, sur convocation, fin mars… Deux longs mois après la scène ! « Ce jour-là, j’ai rencontré Marouane vers 15h en buvant un café à Molenbeek. Il m’a demandé si je voulais bien le conduire à Verviers avec mon auto, en payant mon essence et 30 euros. »

> Le témoignage exclusif de « Ryan » à lire dans nos éditions papiers et numériques de ce mercredi.