Hannut: succès mitigé pour les invendus offerts au CPAS, le gérant du magasin pour animaux n’est pas convaincu

Et pourtant, dès le départ, l’accueil a été favorable, comme le confirme Mélanie Lazzari, la directrice générale du CPAS de Hannut. Les aliments pour animaux proposés au CPAS sont des lots dont la date de péremption arrive à son terme mais qui sont encore tout à fait propres à la consommation. « Au moins pendant six mois, affirme le commerçant. Au-delà, ils perdent en protéines ».

Toutes les assistantes sociales ont été sensibilisées à cette offre et invitées à la proposer aux personnes qui se présentent à leur bureau. « Une quinzaine de personnes ont demandé une attestation pour pouvoir aller retirer chez le commerçant le sac d’aliments souhaité », rapporte la directrice générale qui se dit satisfaite par ce retour, « surtout quand on sait que tous nos allocataires ne possèdent pas nécessairement d’animal ».

Dans son magasin, le commerçant (qui souhaite rester anonyme) attend toujours ces quinze personnes… « Jusqu’à présent, seules quatre se sont présentées chez moi. C’est peu. Je pense que ces personnes son gênées de montrer qu’elles émargent au CPAS. Un couple s’est même senti obligé de m’expliquer qu’il passait un mauvais moment mais que tout allait s’arranger. Mais ils n’ont pas besoin de se justifier. Je ne les juge pas. »

Tout ce qu’il souhaite, c’est rendre service et éviter aux plus démunis de se séparer de leur animal de compagnie, uniquement parce qu’ils n’ont pas les moyens financiers de l’assumer.Alors, comment convaincre les Hannutois de saisir l’offre qui leur est proposée ? Comment les aider à dépasser la gêne toute naturelle qui les empêche d’aller retirer ce qui leur est offert gratuitement ? « Je ne sais pas », avoue le commerçant. Est-il déçu par ce manque d’enthousiasme ? « Je ne dirais pas. Pour moi, cela ne change pas grand-chose. Mais ce qui est dommage, c’est de devoir jeter toutes ces marchandises au container » Chaque mois, le commerçant pourrait pourtant donner jusqu’à 400 kilos de nourriture pour chiens, chats mais aussi poissons. Dommage, vraiment.

> Une information à lire dans La Meuse Huy-Waremme de ce samedi.