Grève de ce mercredi 22 avril: voici tout ce qui est à l’arrêt, région par région

DANS LA REGION DE CHARLEROI :

> SNCB: pas de train dans les gares de la région carolo... mais des cheminots très "choqués". Mardi soir, sur le coup de 22 heures, un huissier, accompagné d'un responsable d'Infrabel s'est présenté au poste de maintenance de Châtelet avec une ordonnance. "Elle nous interdisait d'occuper les voies. C'est une première ... Non seulement, elle n'a eu aucun effet sur la grève, puisqu'aucun train ne roule. Mais apporterons une réponse à ce que nous considérons comme une provocation", déclare Etienne Libert, le secrétaire permanent de la CGSP Charleroi.

> TEC Charleroi: grosses perturbations sur le réseau carolo: 13 services seulement sont assurés sur les 255 prévus. Aucun véhicule n'est sorti des dépôts d'Anderlues et de Nalinnes; 1% des bus ont pris la route depuis le dépôt de Genson et 10% depuis le dépôt Jumet. Les navettes vers l'aéroport circulent.

> Poste: des piquets ont pris position dès mardi 22 heures devant le centre de tri postal de Fleurus et le bureau principal de Charleroi. En d'autres termes, aucun camion n'a pu approvisionner la chaîne. Peu, voire pas de courrier dans les boîtes ce mardi.

> Ministères et administrations: les bureaux de l'ONEM, du FOREM, de la SWL jouent à guichets fermés. Des piquets bloquent les accès du ministère des Finances. L'hôtel de ville de Charleroi et les antennes de Marchienne-au-Pont, Gilly, Mont-sur-Marchienne sont également interdits d'accès.

> Ecoles: grosse mobilisation des enseignants dans les écoles officielles. Ce mardi matin, des piquets entravaient l'école Cobaux à Charleroi et l'Athénée Destrée de Marcinelle.

> ICDI: une action de sensibilisation a été menée devant le siège principal de Couillet. Mais, les camions de collecte sont bien sortis et les parcs de recyclage ouvriront leurs portes normalement ce mardi.

DANS LA REGION DE LIEGE :

En région liégeoise, des piquets sont installés devant les principales administrations. Toutefois, aucun rassemblement particulier n’est prévu, et l’aéroport de Liège ne semble pas perturbé par les arrêts de travail dans les transports en commun. Par ailleurs, une quinzaine de membres de la FGTB, qui a décidé de marquer son soutien à l’initiative de la CGSP, sont présents depuis 06H00 au pied du site de la centrale nucléaire de Tihange.

«Suite à une concertation préalable, les manifestants ont laissé rentrer sur le site les équipes travaillant sur l’unité pour diriger la centrale en toute sécurité, ainsi que les membres de la direction», a indiqué Serge Dauby, le porte-parole du site tihangeois, contacté par l’agence Belga.

Ailleurs dans la région, des piquets sont installés devant bon nombre d’administrations et d’écoles, selon la CGSP. Les hôpitaux fonctionnent en service minimum, le courrier n’est pas distribué, la CILE (compagnie intercommunale liégeoise des eaux) est également perturbée.

Un barrage filtrant a été mis en place à hauteur de la maison communale de Chaudfontaine, commune du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine, «pour embêter d’abord ceux qui nous embêtent le plus», selon Joël Thone, secrétaire régional intersectoriel de la CGSP Liège.

Le réseau du TEC Liège-Verviers est quant à lui «actuellement à l’arrêt». «Sous réserve de blocage, seuls les autobus du dépôt de Stembert et des sociétés privées circulent. Toutefois, en région liégeoise, les lignes privées sont limitées à la périphérie», est-il précisé. Le personnel de l’Infotec n’a pu accéder à ses bureaux, et les «Espaces TEC» de Robermont, Jemeppe, Liège (Saint-Lambert et Guillemins) et Verviers sont inaccessibles.

DANS LA REGION DE VERVIERS

Un piquet de grève d'une centaine de personnes se trouvait très tôt le matin dans la cour de l'ancien collège, à Herve, siège de l'administration communale. Il visait le fief de Pierre-Yves Jeholet, figure de proue du MR dans la région verviétoise. Un autre piquet a pris place devant les ateliers communaux du Chesseroux. Et des grévistes sont allés faire sortir les employés présents au CPAS. A l'ancien collège, les employés ne désirant pas faire grève venaient pointer à l'entrée et s'en retournaient, étant considérés comme empêchés de travailler. Les fossoyeurs étaient eux au boulot et une permanence était assurée pour enregistrer les décès.

A Verviers, les services fonctionnaient quasi normalement. Seuls les affiliés CGSP paraissaient absents. A Dison, apparemment, le topo était le même. Une majorité des ouvriers communaux auraient cependant opté pour la grève.

A la SNCB, rien ne roulait en région verviétoise. Un piquet veillait à ce que tout soit bloqué en gare de Welkenraedt.

Par contre, au niveau des bus, beaucoup parmi les urbains circulaient à Verviers. Deux délégués CGSP avaient voulu créer un piquet de grève au dépôt de Stembert et fermer la grille d'accès. Mais des membres du personnel les ont éjectés. La CGSP ne s'en est pas laissé conter et a renvoyé un piquet plus important. Au risque de voir la situation dégénérer...

Les véhicules des sociétés privées, eux, ont pris la route. Mais les bus de Sadar (La Calamine) évitaient d'approcher du dépôt du TEC d'Eupen, fermé par un piquet. Quant aux 138 des bus du Perron (Verviers-Liège), ils limitaient leur trajet à Fléron. Chez Satracom (Waimes et Trois-Ponts), tout roulait.

Dans les écoles, une bonne moitié des enseignants étaient en grève dans le fondamental à Thil Lorrain, à Verviers. L'athénée Verdi était aussi très touché, tout comme les écoles verviétoises relevant du réseau provincial et l'établissement d'enseignement spécialisé de la rue des Wallons.

Pour la Poste, 2 agents sur 27 s'étaient présentés à Spa. A la plate-forme des Plenesses, qui dessert le Pays de Herve et le sillon de la Vesdre, on estimait que 80% du personnel était en grève. Mais de toute façon, rien ne devait être distribué. Le bureau d'Eupen était moins touché.

DANS LA REGION DE MONS :

- Transport public:

La grève est très suivie au niveau des bus TEC. Au dépôt de Mons, ce mercredi matin, seuls 5% des bus roulent. Aucun bus n'est sorti du dépôt d'Eugies.

- Ecoles:

Dans les écoles, les présences sont fortement perturbées, mais surtout concernant les élèves.

Par exemple, à l'école communale Achille Legrand, peu avant 8h30, il n'y avait qu'une petite vingtaine d'enfants dans les classes maternelles. Ils étaient plus nombreux en primaire. C'est en tout cas beaucoup plus que lors de la précédente journée de grève.

Aux Ursulines, école catholique, les enseignants n'étaient pas en grève. Là aussi, ce sont les élèves qui manquaient souvent à l'appel.

- Administrations:

Les administrations publiques fonctionnent au ralenti. Le collège communal de Mons a même pris les devants. Il a décidé de fermer ce mercredi les services habituellement accessibles au public : état civil-population et urbanisme.

- Déchets/ Parcs à conteneurs:

Tous les parcs à conteneurs de l'intercommunale Hygea sont fermés. Des piquets de grèves sont notamment présents devant le siège de l'Idea, rue de Nimy à Mons, tout comme devant la station d'épuration de Quaregnon. Les ramassages des poubelles prévues ce jour ne seront pas effectués.

A BRUXELLES :

Le réseau de transports en commun bruxellois Stib est fortement perturbé mercredi matin par la grève lancée par le syndicat CGSP contre les mesures d’austérité dans les services publics, indique vers 06h30 un porte-parole de la société. Malgré tout, une petite dizaine de lignes de bus, tram et métro sont exploitées. Sur ces lignes qui ne sont pas à l’arrêt, au minimum la moitié des véhicules circulent par rapport à un jour normal.

Parmi les lignes de métro, la 1 (Gare de l’Ouest - Stockel) et la 5 (Erasme - Hermann-Debroux) sont exploitées. Environ la moitié des rames habituellement en circulation sont de sortie.

Une poignée de bus et de trams circulent également. Vu la fréquence fortement diminuée, les voyageurs doivent tout de même tenir compte de temps d’attente plus importants que d’habitude.

A noter que la situation évolue constamment et que la Stib tient à jour l’annonce des lignes exploitées sur son site internet et via Twitter. A 07h15, les lignes annoncées comme fonctionnelles s’étaient multipliées. Des trams 3, 4, 82 et 92 circulent, ainsi que des bus des lignes 12, 13, 21, 29, 34, 66, 95, 71, 78, 87 et 95.

DANS LA REGION DU CENTRE :

La grève est assez bien suivie dans la région de La Louvière et de Binche, même si l'ambiance est très calme mercredi matin.

- Transport public: rien ne roule

- Ecoles: un accueil était organisé partout, mais les écoles officielles tournent au ralenti tandis que les écoles libres fonctionnent normalement

- Hopitaux: service minimum, avec un piquet symbolique au CHR Haute Senne où le syndicat a voulu dénoncer la mauvaise collaboration de l'hôpital.

- Administration: il y a des piquets filtrants partout

- Distribution de courrier: uniquement pour les journaux

- Parc à conteneurs fermés, et ramassage des poubelles supprimé.

DANS LA REGION DE TOURNAI :

A la demande de la CGSP, les arrêts de travail sont bien suivis dans les régions de Tournai, Ath et Lessines. A Mouscron, véritable bastion de la CSC, les actions sont beaucoup plus difficiles.

A Tournai, la gare est totalement bloquée. «Nous avons été rejoints dans nos actions par des affiliés du Setca et de la Centrale générale de la FGTB. Deux piquets de grève viennent d’être placés devant les bureaux du Ministère des finances et de l’Onem à Tournai. A l’administration communale de Tournai, des chaînes ont été placées sur les portes. Un strict minimum de personnes pourra entrer. On ne peut pas empêcher les affiliés de la CSC de travailler. Idem dans les prisons de Leuze et de Tournai où des barrages filtrants ont été placés. Au CPAS de Tournai, nos délégués sont en grève. Cependant, le personnel a souhaité travailler. Nos actions sont également bien suivies à Ath et Lessines où la gare et la poste sont bloquées. Par contre, à Mouscron, aujourd’hui ce sera beaucoup plus difficile. Il y a beaucoup d’affiliés à la CSC. Enfin, dans le Hainaut occidental, c’est relativement mitigé dans l’enseignement. La majorité des écoles est ouverte et les gardes sont assurées», expliquait à 08h00 Daniel Verdebour, secrétaire régional intersectoriel de la CGSP pour le Hainaut occidental.

A Tournai, un piquet interdisait également l’entrée dans le bâtiment des TEC. Il n’y a pas eu d’incident, et les 32 conducteurs qui devaient sortir en matinée des dépôts de Tournai et de Mouscron ont suivi le mouvement. Seuls les bus privés roulent dans cette région. Dans la région d’Ath, il y a très peu de perturbations car les transports en commun sont quasi assurés uniquement par des sociétés privées.

DANS LA REGION DE MOUSCRON

Dans la région de Mouscron, Comines et Estaimpuis, la situation est très calme. Les administrations communales, les crèches ou encore les écoles fonctionnent normalement. Le Centre hospitalier de Mouscron également.

Du côté des transports en commun, aucun train ne roule. Par contre à Mouscron, les bus TEC roulent puisque c'est une société privée qui gère le réseau. Le bureau de poste de Mouscron est fermé.

DANS LA REGION D’ARLON :

- Poste, SNCB et TEC (partie publique) sont à l'arrêt.

- Des piquets de grève sont organisés devant les trois prisons de la province: Marche, Saint-Hubert et Arlon.

- Un rassemblement se déroule place Didier, dans le calme. Il s'agit d'informer les travailleurs du SPW et les passants des raisons de la grève. Des tracts sont distribués.

- Dans l'enseignement, les piquets et arrêt de travail se passent au compte-goutte, en fonction des réseaux.

- Olivier Dulon, secrétaire régional CGSP, se dit "très satisfait du mouvement dans le Lulxembourg, surtout en l'absence de la CSC."

DANS LA PROVINCE DU BRABANT WALLON :

En Brabant Wallon, 93% des bus sont restés au dépôt, «les autres circulant avec des retards très importants», y indique-t-on vers 07h00. Aucun bus n’est sorti des dépôts de Jodoigne et Chastre, et 7% des véhicules du dépôt de Baulers sont en circulation. Les bus des «loueurs», gérés par des sociétés privées, circulent normalement. Cela concerne 40-45% des lignes, selon le dispatching de Wavre ("les lignes 115, 114, 116, 47, 49, 339, 610, 58, 366, Conforto, Conforto bis, une partie de Rapido 3, ligne E").