Le député theutois Mathieu Daele (Ecolo) à la «Star Ac’ du pouvoir» à Paris

Un beau matin, on se présente à des élections, un peu par hasard ; le soir, on est élu et le lendemain, il faut assurer. La catapulte politique a de quoi effrayer. On se souvient ainsi qu’au lendemain des dernières élections communales, de nouveaux élus, comme l’échevin verviétois Claude Orban, avaient foncé à une formation organisée par l’Union des Villes et Communes de Wallonie pour apprendre le métier de politicien. À un autre échelon, Matthieu Daele, conseiller communal à Theux et député wallon ainsi qu’au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles, dressait le même constat d’incapacité. « Juste après les élections, je me suis dit qu’avec Ecolo, on avait été trop naïfs et que ça avait été une des causes de notre défaite, commente Matthieu Daele. J’ai voulu m’inscrire dans une démarche pour mieux défendre nos positions. » Il l’admet sans détour, il en a marre de se faire marcher sur les pieds « par ceux qui sont allés à l’école de Machiavel ». Très bien, mais où apprend-on à devenir un requin de la politique ? Direction Paris et l’Institut Aspen où l’on forme les « Leaders Politiques d’Avenir », un peu à la façon Star Ac’ en les accueillant dans de beaux châteaux le temps d’un séminaire de quelques jours. Les élèves ? Pour l’essentiel des députés et des maires de grandes villes françaises triés sur le volet.

(Crédit : Aspen France)

> Qui sont les autres « élèves » d’Aspen ? Comment y entre-t-on ? Qu’y fait-on ? Les réponses en lisant notre article complet dans La Meuse Verviers de ce 29 avril, en PDF, en cliquant ici.