Christophe Lacroix, ministre du Budget: "Je vais être honnête, ce n’est pas possible de supprimer la redevance TV ..."

Avec pour objectif final que la Wallonie perçoive elle-même ses impôts, soit 2,6 milliards d’euros. Et ce, avec une administration fiscale digne de ce nom.

Alors que le gouvernement fédéral, sous la houlette de Charles Michel, travaille sur un tax shift, qu’en est-il du côté wallon ? Les choses sont différentes. Tellement différentes que Christophe Lacroix, ministre wallon du Budget (PS), l’annonce d’emblée : « Il ne faut pas s’attendre à une révolution fiscale en Wallonie. »

Ce qui n’empêche pas le Gouvernement wallon de travailler à l’une ou l’autre réforme. Le point sur quelques taxes régionales qui touchent directement les citoyens.

Le bonus logement. « Nous avons demandé à un comité-pilote, géré par des universitaires, de réfléchir aux possibilités de faire évoluer le système (actuellement 40 % pour tous) vers quelque chose de plus progressiste, en fonction des capacités contributives de chacun. »

La redevance TV. « Cela correspond à une centaine de millions. Si on la supprime, alors il faut compenser. Aujourd’hui, je veux être honnête : ce n’est pas possible. D’autant qu’on nous enlève 250 millions de recettes, dont 106 que nous contestons toujours. Oui, j’ai envie de supprimer cette redevance injuste, car elle est forfaitaire, et obsolète. Mais je ne suis pas en mesure d’avancer là-dessus. »

Autre objectif vital : remettre à flot l’administration fiscale wallonne (DGO7). « Son état était assez terrible à mon entrée en fonction, déplore le ministre. C’est un véritable gruyère. »

Le plan fical de Christophe Lacroix, un dossier exclusif à lire dans nos journaux de ce jeudi et sur support numérique