Wasmes a aussi son dragon, terrassé par Gilles de Chin dans les marais

Georges Larcin, est un enseignant à la retraite. Ce Wasmois, co-auteur de l’ouvrage « La saveur du Borain », a été secrétaire de la maison du folklore de Wasmes. À la bibliothèque communale, il a lancé en son temps une section folklore et histoire locale, un sujet qu’il maîtrise, notamment en ce qui concerne la légende du dragon de Wasmes.

«Le dragon de Wasmes, ce sont les moines de l’abbaye de Saint-Ghislain qui, volontairement, ont créé la légende de Gilles de Chin. Celui-ci, protégé par la vierge de Wasmes, viendra tuer le dragon dans les marais de Wasmes et délivrer ainsi la Pucelette qui était prisonnière dans son antre ».

Mais Georges Larcin insiste sur le fait que Gilles de Chin ait réellement existé au 12ème siècle. Il était le seigneur de Ramegnies-Chin et de Wasmes. Mort en 1173, il a été enterré à l’abbaye de Saint-Ghislain. Le clergé va alors tirer profit de l’histoire pour asseoir son influence.

Précisons aussi que Gilles de Chin a fait assécher les marécages du village de Wasmes. «En 1876, des fouilles ont permis de découvrir les premières fondations d’un barrage de moellons, construit au Moyen-Age durant l’existence de Gilles de Chin. Et il est de tradition de représenter les marécages par un dragon submergé, englouti sous les eaux. Pour remercier leur seigneur Gilles de Chin, il est donc normal de le représenter terrassant un dragon.»

Notons au passage que la première Pucelette est apparue à Wasmes en 1830.

Plus de détails sur cette légende ainsi que sur les festivités à venir dans l’édition de ce dimanche.