Mobiloc, une application smartphone dédiée à la mobilité dans la province de Luxembourg

Sujet d’actualité, la mobilité dans la province de Luxembourg reste un dossier sensible. Difficulté d’accès au Grand-Duché, dessertes des bus TEC redondantes et peu synchronisées avec les trains, nouveau plan de transport de la SNCB polémique… : les soucis de transport ne manquent pas dans le Luxembourg. Yves Evrard, sénateur et ex-bourgmestre de Neufchâteau, propose une piste d’action innovante et proactive afin de mettre en évidence les problèmes majeurs rencontrés par les usagers. « Dans notre zone rurale, la demande est rarement objectivée et de moins en moins rencontrée », explique-t-il. «  Le projet est d’objectiver les situations et ce, grâce à une application pour smartphone. »

Concrètement, l’utilisation est assez simple. L’idée est de calculer le temps de parcours d’un point A à un point B. À chaque changement de transport au cours de son trajet, l’utilisateur sera invité à cliquer sur le bouton correspondant au type de transport. « Le train, le bus, la voiture, le covoiturage ou le vélo », précise le sénateur. «  L’idée est que l’utilisateur ait une vue d’ensemble sur ses temps de parcours lors de son arrivée à destination. Les temps d’attente entre chaque transport seront également comptabilisés. Grâce à cette application, l’utilisateur pourra donc tester différents moyens de transport et comparer la durée de ses trajets d’un point A à B. Les objectifs sont multiples : mettre en évidence les flux de mobilité dans la province, permettre l’objectivation des temps de parcours, identifier des points de regroupement potentiels stratégiques en matière de covoiturage ou encore déterminer les temps d’attente entre des correspondances. L’objectif final étant d’utiliser et valoriser les données recueillies pour mettre en évidence certaines réalités de terrain et guider les choix futurs en matière de mobilité. »

À l’heure actuelle, cette application n’en est qu’au stade de projet. Le sénateur est à la recherche de moyens financiers pour lancer le projet. Si le projet aboutit, la mise en œuvre de l’application sera confiée à la section informatique de la Haute École Robert Schuman, basée à Libramont.

Prolongez l’information dans La Meuse Luxembourg de ce mercredi ou via nos supports numériques.