Thieu: deux étoiles d’or pour le pain sans gluten du Pain di djou

En juillet 2011, Stéphane Collin concrétisait son rêve de toujours ; devenir artisan-boulanger et s’installer à son compte. Il a ouvert sa boulangerie à Thieu. Son ambition : réhabiliter la tradition et le goût du pain traditionnel. Plus qu’un pari, un vrai défi ! Qu’il a relevé car très rapidement il s’est constitué une belle clientèle sensible à la qualité, à la saveur de ses pains, des produits qu’il réalise avec des farines « propres », donc sans additifs chimiques ou non.

Deux ans de recherche

Mais l’homme ne s’est pas contenté de cela. Pendant deux ans, il a aussi travaillé à l’élaboration d’un vrai, d’un bon pain… sans gluten. Car force est de constater que si des pains répondant à ces normes très exigeantes existent, ils sont issus de l’industrie et n’ont de pain… que le nom. Or, les gens allergiques au gluten (ils souffrent de la maladie cœliaque) sont très nombreux… Et très malheureux de ne pas pouvoir manger ce qu’ils veulent. Et notamment du pain !

Comme il a pu s‘en rendre compte durant deux longues années réaliser un bon pain sans gluten a été un nouveau défi. Qu’il a encore relevé. Depuis plus d’un an, il propose en effet à ses clients deux pains certifiés sans gluten, un « blanc » et un « multi », réalisés avec des farines de riz et de maïs qui sont « labellisés » sans gluten. Selon les normes, on peut appeler un produit « sans gluten » quand la quantité de gluten est inférieure à 5 Mg par kilo (à moins de 20, il est considéré comme ayant une « faible teneur en gluten ».

un gros investissement

Outre la mise en œuvre d’une production spécifique et « séparée », le boulanger a aussi dû investir (30.000 euros environ) pour équiper sa boulangerie et éviter toute « contamination » avec sa production « normale ». Mais il a bien fallu le constater, les pains sans gluten méritent le détour. Les gens atteints de cœliaquie (et d’autres aussi) l’ont bien vite compris… et ils n’hésitent pas à faire le déplacement, et même de loin pour venir s’approvisionner. « Une dame les prend par dizaines pour les exporter dans l’Aube, en France. J’ai d’autres clients, de Liège, Dinant, Bouvignies que je livre régulièrement par Taxipost… et c’est pour cela que je viens d’ouvrir sur mon site www.paindidjou.be un espace pour e-commerce… Et alors que je vendais une trentaine de « sans gluten » par semaine en moyenne, ce week-end, depuis que j’ai reçu mon prix, j’en ai vendu 150… »