Pierre François, le nouvel administrateur-delégué de la Pro League: "Les playoffs 1 constituent une belle vitrine de notre championnat "

Chaque année à la même époque, le débat autour des playoffs revient. Comme un tube de l’été. Même s’il faut bien le reconnaître, au fil des saisons, il s’estompe, il perd en puissance et devrait même disparaître avec la réforme annoncée. En 2009, lorsque ce Rubik’s cube a été adopté, Pierre François, alors actif au Standard, avait été un fervent… détracteur du système. Aujourd’hui, il les défend.

«J’ai le sens de la hiérarchie. À l’époque, après des discussions avec Lucien D’Onofrio, qui était mon patron, la position du Standard avait été fixée. Et nous allions unis au combat pour les droits TV, les playoffs… Nous trouvions la formule très compliquée et elle l’était. Aujourd’hui, l’abandon des playoffs 3 confirme qu’il fallait des aménagements. Néanmoins, je suis pragmatique et j’effectue un constat: les playoffs 1 constituent une belle vitrine du championnat de Belgique. Ils se sont parfaitement installés notamment au niveau médiatique. À l’étranger, ils sont aussi très regardés. Il suffit pour s’en convaincre de comptabiliser le nombre d’espions envoyés par les clubs.»

"5,3 millions par an pour la D1B !"

La réforme des championnats (à partir de 2016-2017, avec déjà des implications pour la saison prochaine, voir nos éditions de lundi et mardi), a donc été votée. Pierre François s’en réjouit: «Cette nouvelle donne, avec notamment la scission entre pros et amateurs, était un dossier très important. J’ai moi-même obtenu du CA la suppression du maintien calculé sur trois ans en D2, rebaptisée D1B. C’est important de ne pas fermer la porte car beaucoup de bon, pour les pros, peut venir des amateurs. Je pense notamment au Beerschot et au FC Liège, mais pas seulement.»

C’est ainsi que le champion de D1 amateurs ne devra pas posséder la licence de D1A pour monter en D1B. «Effectivement, la licence de D1B suffira (1.500 places assises, 800 lux, etc). Ensuite, il aura 15 mois pour se mettre en ordre de licence D1A. Pour cela, il sera aidé. S’il n’y arrive pas, il redescendra.»

Retrouvez notre rencontre exclusive avec Pierre François dans nos éditions du jour ou sur notre support numérique.