La compagne du suspect des attentats près de Lyon ne comprend pas: "Nous sommes des musulmans normaux, j’ai le cœur qui va s’arrêter" (vidéo)

"Je ne sais ce qui se passe ? Ils l’ont arrêté   ?", lance-t-elle à nos confrères d’Europe 1. "Il est parti au travail ce matin à 7 heures. Il fait des livraisons. Il n’est pas rentré entre midi et deux heures, moi je l’attends pour l’après-midi. Ma belle-sœur m’a dit ’allume la télé, il y a le journal’. Et là, elle est en train de pleurer. Moi j’ai le cœur qui va s’arrêter", confie la jeune femme. "Là il n'y a même pas de connexion, il est sur messagerie".

"Moi, je le connais c’est mon mari. On a une vie de famille normale. Il part au travail, il rentre. Nous sommes des musulmans normaux. On fait le ramadan. On a trois enfants et une vie de famille normale", assure la compagne du suspect. "Qui je peux appeler pour qu’il me donne plus de renseignements ? Parce que là je ne comprends rien. J’ai peur de faire quoi que ce soit".

Portrait de Yassine Sali

Nos confrères d’Europe 1 sont également parvenus à dresser le portrait de Yassine Sali : "C'est un chauffeur-livreur d'une trentaine d'années, père de trois enfants. Vendredi matin, Yassin Salhi est suspecté d'avoir projeté une camionnette contre les bonbonnes de gaz d'une usine Seveso, à Saint-Quentin-Fallavier, dans l'Isère, décapité et un homme et causé deux blessés légers. Un homme qui a été suivi par les services de renseignements pour sa radicalisation : il a fait l'objet d'une fiche "S" en 2006, finalement non-prolongée en 2008. Interpellé vendredi, il a été placé en gardé à vue".