Attention à la berce du Caucase, une plante présente en Wallonie et à Bruxelles qui peut provoquer de graves brûlures: en voici la preuve

Via un communiqué officiel, la Fondation des brûlés de Belgique met en garde la population contre la prolifération de la berce du Caucase, une plante libérant des substances toxiques et provoquant des brûlures.

Il y a quelques heures, le tabloïd anglais The DailyMail a rapporté l’histoire d’une Londonienne de 56 ans, qui a contracté de graves brûlures alors qu’elle promenait ses quatre chiens en pleine campagne londonienne. L’Anglaise de 56 ans portait un short et sa chair est rentrée en contact avec la berce du Caucase, une plante secrétant des substances nocives lorsqu’elle est exposée au soleil. Comme le pointe la Fondation des brûlés dans son communiqué : « Après un contact avec le suc de la berce et sous l’effet de l’exposition au soleil, des lésions de la peau peuvent se développer en quelques jours. »

La femme originaire de la banlieue nord de Londres, pensait avoir attrapé des coups de soleil. Au terme de 4 jours, ses plaies sont devenues purulentes, en attestent les photos publiées par le journal anglais.

Apprendre à reconnaître la plante

La berce du Caucase est une plante imposante qui a le mérite d’être apparente. Elle est surtout présente sur les bords de route, les berges de rivière, les lisières forestières et les prairies. Dans son communiqué, la Fondation des brûlés livre une description concise : « à l’état adulte, la berce du Caucase mesure de 1,5 à 4 mètres de hauteur. Ses feuilles sont profondément découpées et peuvent mesurer de 50 centimètres à 1 mètre de diamètre. Sa tige est quant à elle robuste, creuse et cannelée. Durant sa floraison (juillet – septembre), ses ombelles blanches ont un diamètre variant entre 20 et 50 centimètres. »

Que faire ?

La Fondation recommande de ne pas toucher la plante et d’avertir les autorités communales si des berces du Caucase sont aperçues à proximité de terrains de jeux.

À l’heure d’écrire ces quelques lignes, le communiqué de la Fondation des brûlés ne pointe que la Région Bruxelloise. Notez toutefois que d’après le portail Wallonie.be, l’espèce d’origine ornementale est répertoriée dans toute la Wallonie. Soyez donc très vigilant lors de vos promenades champêtres.