Bilan du gouvernement bruxellois après un an : les Verts remettent leur propre bulletin

Au-delà de leur analyse des acquis et des points faibles de chaque membre du gouvernement, Ecolo et Groen se sont dit déçus des résultats engrangés jusqu’ici par le gouvernement PS-FDF-cdH, Open Vld-sp.a-CD&V.

Le refinancement de Bruxelles n’a jusqu’ici pas été affecté au social, les opportunités de la réforme de l’Etat n’ont pas été saisies car on s’est contenté de faire un copié-collé des dispositifs fédéraux transférés.

«Le gouvernement sans les écologistes est le gouvernement le moins vert depuis des années. Il aime le vert en port», a ajouté Zoé Genot, estimant que les compétences liées au climat, à l’énergie, à la qualité de l’air sont devenues mineures.

Autre critique de Bruno De Lille et de Zoé Genot: la faible attirance gouvernementale bruxelloise pour la participation. En atteste selon eux, les coupes sombres dans le soutien aux asbl.

En matière de mobilité, le ministre Pascal Set (sp.a) travaille trop en fonction des communes, ce qui débouche sur des décisions parfois contradictoires comme l’extension du piétonnier assortie de projets de parkings au centre, et dans le même temps la volonté de créer 10.000 places de parking de dissuasion aux limites régionales.

Après le pot, les fleurs: les Verts ont toutefois félicité le gouvernement bruxellois son esprit de pacification communautaire et les bonnes relations entretenues avec les autres régions «malgré la présence des FDF et du CD&V».

«Le ministre-président semble opter pour une approche conciliante, à la recherche de solutions. Reste à savoir s’il est le vrai capitaine de cette Région», ont-ils conclu.