La Cara Pils, la bière «préférée» des étudiants vendue par Colruyt, est brassée... en France

Que vous l’aimiez ou non, la Cara Pils est une bière qui ne laisse pas indifférent. Et vous vous êtes peut-être déjà posé la question de son origine... Une question qu’on penserait toute simple, et qui pourtant ne l’est pas tant que ça, car vous êtes en réalité très peu à le savoir. Quand on regarde une canette de la marque, nous vient déjà une certitude : « brassée dans l’UE pour : Colruyt Group ». Mais Jan Derom, porte-parole de la chaîne de supermarchés, ne veut donner aucune information : « Nous ne communiquons pas au sujet de ce produit, c’est confidentiel ».

D’une brasserie à l’autre

D’origine belge, la Cara Pils a quelque peu bourlingué, puisque plusieurs brasseurs différents se sont chargés de sa fabrication. C’est notamment le cas d’Alken-Maes, qui a brassé la « précieuse » bière dans le passé. « Mais ça remonte à environ 15 ans, nous dit Loebrecht Lievens, porte-parole. Aujourd’hui, la grosse rumeur dit que la Cara en canette est fabriquée à la brasserie Haacht (Brabant flamand) ». Mais il n’en est rien. Car une autre piste nous a mené à la brasserie de Saint-Omer, dans le Nord-Pas-de-Calais. Et l’information nous est confirmée par Ludovic Vallart, responsable commercial de la brasserie nordiste : la Cara Pils est bien brassée en France. Mais pas question d’en dire davantage sur ce qui est considéré chez nous comme LA bière des étudiants. Pas même de dire depuis combien de temps elle est passée sous pavillon tricolore. « Je n’ai aucun problème avec ça, nous assure pourtant Ludovic Vallart. Vous pourriez même venir visiter les lieux, un jour où nous brassons la Cara Pils, je n’y verrais pas d’inconvénient. Si notre partenaire Colruyt est d’accord, pour nous, c’est faisable, et je serais prêt à répondre à toutes les questions ».

Mais une fois encore, la réponse donnée par Jan Derom est sans appel. « Non, je l’interdis ! tout est confidentiel ! » Faut-il s’inquiéter d’un tel silence ? Toujours est-il que moins on communique, plus on suppose. Car ce secret ne fait que continuer d’alimenter les rumeurs sur la manière dont est conçue le breuvage, la plus persistance étant celle d’un mélange d’eau, de levure, et des fonds de cuves d’autres pils... On sait en tout cas l’intérêt que suscite cette bière, et pas seulement auprès des étudiants.

Cara reste Cara

On se souvient de l’ampleur qu’avait pris l’annonce du groupe Colruyt, qui avait envisagé de modifier le nom de sa légendaire Cara Pils en février dernier, pour lui donner celui d’ « Everyday », histoire de regrouper sous ce nom générique tous les produits « premier prix » du distributeur. Après diverses pétitions et protestations en tout genre, ils avaient dû céder à la pression populaire. Le même entrain s’était observé quelques semaines plus tard, au moment de décider du nouveau design de la canette. 11.168 personnes avaient participé au vote pour déterminer lequel des trois choix proposés serait choisi.