Laurent Ournac se confie en exclusivité sur sa perte de poids: "J’ai l’estomac d’un enfant de trois ans, ma fille mange plus que moi!"

En sept mois, le comédien de 35 ans a perdu près de 50 kg – il en pesait 142,5 – grâce à une réduction de l’estomac, une « sleeve gastrectomie ».

> Laurent, avec votre actualité chargée, parvenez-vous tout de même à déconnecter lorsque vous êtes en vacances à l’étranger ?

« C’est le but des vacances ! Je voyage toujours loin, vers des lieux isolés. Après, il arrive que l’on retrouve une mauvaise série de photos dans la presse « people », c’est le jeu. Ce qui est dérangeant, c’est surtout le fait de se sentir observé dans son intimité personnelle, épié. Il y a plus grave dans la vie. Je ne me plains pas car j’ai voulu être connu et ce sont les conséquences de la célébrité. Je suis plus embêté pour ma famille qui n’a pas demandé à être exposée. »

> Vous arrivez à prendre du recul par rapport aux réactions face à votre perte de poids ?

« Tout le monde a son avis. Les réseaux sociaux amènent beaucoup de commentaires, c’est vrai. Mais, je m’en fous. L’avis des gens, c’est le cadet de mes soucis. Certains disent que c’est trop facile de se faire opérer pour perdre du poids. Je les emmerde ! Cette opération a changé ma vie au quotidien, ma vie de famille, l’énergie que je déploie dans mon travail. Je peux faire du sport aujourd’hui. Je suis heureux. Cette décision n’était en rien facile ! Je me suis fait retirer un bout d’estomac, c’est irréversible. On ne pourra pas me le remettre. Dans 10, 20, 30 ans, je ne sais pas comment les choses auront évolué. Il y a une prise de risque évidente. Je ne dis pas pour autant que je suis courageux de l’avoir fait… »

(Photo : RTL)

> Quelles sont les conséquences de cette opération dans votre quotidien ?

« Je ne peux plus manger ce que je veux ! C’est d’autant plus difficile à gérer en vacances. Si je bois un cocktail et que je mange des cacahuètes à l’apéritif, je sais que je devrai faire l’impasse sur le buffet après. J’ai l’estomac d’un enfant de trois ans. Ma fille, Capucine, qui a cet âge-là, mange plus que moi. Je n’arrive pas à finir son assiette de nuggets et de frites. C’est plus compliqué que ce qu’il n’y paraît. Surtout quand on a des habitudes de gros mangeur… »

> Du coup, vous êtes regardant par rapport à l’alimentation de votre fille ?

« Je fais attention car je ne veux pas lui faire vivre ce que j’ai vécu mais je ne veux pas abuser non plus et la contrôler. Je vous rassure, elle est en parfaite santé. Sa maman est toute menue, j’espère qu’elle penchera plutôt de son côté que du mien (rires). Je m’inquiète un peu parce qu’elle a découvert le chocolat et elle adore ! Je me bats un peu avec elle à ce sujet (rires). »

> L’interview complète de Laurent Ournac sur sa perte de poids, sur Camping Paradis, Danse avec les Stars et ses futurs projets, à lire en exclusivité dans nos éditions papiers et numériques de ce mardi.