Un nouveau concept qui passe mal: un porno voilé pour libérer les femmes du Moyen-Orient

Le film aimerait rompre les valeurs traditionnelles de cette région à propos des femmes et de la sexualité mais surtout de libérer les femmes. Les films occidentaux montrent toujours les femmes du Moyen-Orient comme des femmes oppressées par la culture très stricte et les valeurs musulmanes. Ce film n’est pas une exception : les femmes y sont complètement vêtues de burqas et de niqabs.

Le film se concentre sur les différents stéréotypes à propos des femmes de cette région. Il y a la ménagère tamisée, la danseuse du ventre pulpeuse et la prostituée commune. Cependant, les producteurs du film ont dit qu’ils espéraient être différents des autres pornos musulmans à thème avec la scène d’ouverture, dans laquelle une femme dans un voile traîne derrière elle un homme par le collier qu’il porte. Une autre scène dans le film dépeint la star féminine, Kelly Madison, comme le partenaire dominant dans une variété de rôles SM.

Il n’y a rien de neuf à propos de la fétichisation des femmes du Moyen-Orient : lorsque l’on tape « Muslim porn » sur Internet, des centaines de vidéos aux titres culturellement sensibles apparaissent. L’intention des réalisateurs était cette fois de renverser les rôles des acteurs d’un film porno et de donner un rôle dominant aux femmes. Ils ont toutefois évité d’affecter les valeurs religieuses musulmanes dans un sens négatif. Le couple Madison insiste toutefois sur le fait que le film n’est pas un documentaire mais un « film porno hard ».

Des réactions d’associations féminines n’ont pas tardé à paraître. En effet, le message passe assez mal dans ce contexte pornographique. Utiliser le stéréotype et le subvertir ne sont pas la même chose. Il faut rappeler que beaucoup de femmes portent encore le niqab ou la burqa sans se sentir dominées, sexuellement ou non. Donner l’illusion de manifester contre une tradition ne mènera pas forcément à la liberté des femmes.