Il s’appelait Aylan, son frère Galip, ils avaient 3 et 5 ans et sont morts sur une plage turque: voici l’histoire des photos qui heurtent l’Europe

Ils sont au moins douze réfugiés décédés ce mercredi matin en essayant de franchir la mer Méditerranée entre Akyarlar, en Turquie, et l’île grecque de Kos. Il n’y avait qu’une vingtaine de kilomètres entre les deux côtes, mais dans la nuit de mardi à mercredi, l’embarcation d’une vingtaine de personnes a été frappée par les vagues et a emporté une dizaine de corps sur la côte turque. Parmi lesquels cinq enfants.

Aylan Kurdi, 3 ans, a été l’un des premiers retrouvé par les autorités turques… L’enfant avait fui Kobane avec son grand frère, Galip, âgé de 5 ans, et sa mère Rihan, 35 ans. Sous les bombes syriennes, ils souhaitaient certainement vivre un avenir meilleur en Europe. Ils ont finalement été surpris par les vagues de la Méditerranée. Ils avaient payé près de 1.000 euros à des passeurs pour rejoindre la Grèce.

(AFP)

Ce sont les proches de la famille, qui ont survécu au drame de la noyade, qui ont reconnu les corps à la morgue de l’hôpital de Bordum. Ils ont fondu en larmes en découvrant Aylan et Galip… Aujourd’hui, leurs photos font le tour du monde, entre stupeur et effarement face aux drames de cette crise de l’asile, aux frontières de l’Europe.

« L’Europe n’a pas pu le sauver », explique le quotidien britannique Metro en diffusant la photo d’Aylan alors que le Daily Mail lance : « Petite victime d’une catastrophe humaine ». Le quotidien The Independent titre, pour sa part : « L’enfant de quelqu’un », avec la large photo. Le quotidien flamand Het Nieuwsblad se veut plus cynique : « Aylan était en route pour l’Europe sûre ».

Une photo pour éclairer les consciences sur ce drame qui se joue à nos frontières, tous les jours… Plus de 350.000 personnes ont tenté de traverser la Méditerranée cette année, plus de 2.500 migrants sont morts sur ces routes depuis.

(AFP)