Pyongyang libère et expulse un étudiant sud-coréen de l’université de New York

Joo Won-Moon, 21 ans, titulaire d’un permis de résidence permanente aux Etats-Unis, a franchi vers 17h30 (10h30 heure belge) le point de passage du village frontalier de Panmunjom, où fut signé le cessez-le-feu de 1953, a précisé le ministère sud-coréen de l’Unification.

Peu après son retour au Sud, Joo a été interpellé par les autorités sud-coréennes pour être interrogé sur les conditions de son voyage au Nord, a indiqué à l’AFP un responsable du ministère.

Joo avait été interpellé le 22 avril en traversant illégalement la rivière Yalu depuis la ville de Dandong dans le nord de la Chine, selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

Dans une interview à la chaîne américaine CNN, il avait déclaré en mai avoir volontairement cherché à se faire arrêter pour provoquer un «incident» susceptible de contribuer à l’amélioration des relations intercoréennes.

Il avait été présenté le 25 septembre aux médias à Pyongyang. Il avait alors lu un communiqué dans lequel il reconnaissait sa culpabilité et faisait l’éloge du régime.

Contrairement à d’autres étrangers détenus en Corée du Nord, il n’a jamais été présenté à un tribunal.

Tout en saluant la décision nord-coréenne, le ministère sud-coréen a exhorté le Nord à libérer trois autres ressortissants sud-coréens qu’il détient.