Sécurité des sites sensibles: la Défense envisage de remplacer les unités combattantes

Il ne s'agira toutefois pas de demander "aux simples chauffeurs" de remplir cette mission, mais bien "à des militaires qui ont été parfaitement formés au maniement des armes", a précisé un porte-parole du ministre de la Défense Steven Vandeput, interrogé par Belga.

"Ils recevront une formation pour ce type de mission, formation que les unités combattantes chargées de la surveillance ont aussi reçue de manière spécifique", a ajouté le porte-parole. Il souligne que le projet n'est actuellement qu'à l'étude et qu'un engagement en ce sens n'est pas prévu avant 2016, si le gouvernement en fait la demande.

Quelque 220 militaires assurent actuellement la surveillance des bâtiments sensibles. Ils le font depuis janvier et le relèvement du niveau de la menace terroriste. Mais les rotations hebdomadaires pèsent sur le travail de la Défense, ainsi que les manoeuvres et autres missions déjà planifiées.