Charleroi: Steven Daubioul avait voulu s’en prendre à la mère de son meilleur ami

Ce lundi, devant les assises de Mons, s’ouvrira le procès de Steven Daubioul, ce jeune Lodelinsartois accusé de la mort de deux femmes, suspecté d’au moins un autre décès mais aussi du viol d’un enfant du quartier. Trois victimes retrouvées mortes chez elles, dans leur appartement, rue Chausteur, à Lodelinsart. Là où Daubioul vivait lui-même depuis son enfance. Mais le tueur en série ne comptait visiblement pas en rester là : «  Moi aussi, j’aurais pu être une des victimes de Steven Daubioul ! », lâche Christine, une des habitantes de la rue Chausteur.

Christine vit ici depuis plus de 20 ans… Elle est la mère d’Andy, un jeune homme de 27 ans… Qui était lui-même un des plus proches amis de Steven Daubioul !

Ce n’est que plus tard, après l’arrestation de Daubioul, et au fil des nombreuses auditions des habitants du quartier qu’Andy et sa mère allaient découvrir l’autre face cachée de Daubioul, qu’ils ne voulaient pourtant pas soupçonner…

« Un jour, je suis entendue par une policière », confie Christine, la mère d’Andy… « Elle commence à me lire plusieurs sms… Des sms que je connaissais, puisque j’en avais reçu plus d’une dizaine. C’était peu après la mort d’Emilia Liétard, notre voisine d’immeuble. « J’ai envie de toi », « Tu me manques »… Ces sms, je les avais reçus d’un numéro de téléphone que je ne connaissais pas… Et c’est la policière qui m’a appris que c’était en fait Steven Daubioul qui me les avait envoyés ! »

Christine n’avait pas répondu à ces sms anonymes. Heureusement pour elle. Andy, avant ces révélations, était allé voir son ami Daubioul en prison… « Mais depuis ce que les enquêteurs nous ont appris, je ne veux plus entendre parler de lui. Il a essayé de me recontacter, je n’ai pas répondu », poursuit Andy