Ses collègues lui offrent 350 de leurs jours de récupération pour qu’il puisse s’occuper de sa fille de 4 ans cancéreuse

Un mois après qyue la maladie ait été détectée, la fillette a subi une intervention chirurgicale pour que sa tumeur de 13 centimètres soit retirée et a démarré un cycle de 31 semaines de chimiothérapie, explique Le Réveil de Neufchâtel, qui relate cette belle histoire.

La mobilisation de ses collègues

« Pour les différents examens médicaux et les chimiothérapies, j’ai épuisé tout mon stock de jours de repos », a raconté Jonathan, employé de la verrerie Pochet du Courval dans la Somme. « Mon chef d’atelier a compris nos difficultés. Il a alors eu l’idée de collecter des jours de repos auprès de mes collègues », explique-t-il. Généreux, ils lui ont offert pas moins de 350 jours de RTT.

« Je l’ai appris par courrier. J’étais très ému. (…) C’était un poids en moins pour nous. Nous n’avions plus de problème de garde, de déplacements pour les examens et les traitements », a indiqué le père de la petite fille. « C’était vraiment très important que l’un de ses parents reste avec elle. Je sais que cette présence lui a fait beaucoup de bien », poursuit-il.

« Je suis très contente que papa reste à la maison avec moi », a confirmé Naëlle. Aujourd’hui, la fillette au sourire espiègle va bien. Naëlle est en phase de rémission et a même repris le chemin de l’école en septembre dernier.