L’étonnante conséquence sur nos Diables rouges: "Voici pourquoi la FIFA a bien fait d'annuler notre victoire contre le Luxembourg..."

« Samedi matin, j’ai voulu transvaser dans un Tupperware l’excellente casserole de soupe au potiron mitonnée par mon épouse adorée. En début d’exercice, j’ai vu que le couvercle se trouvait dans le fond du Tupperware mais je n’ai pas interrompu cette délicate opération de vases communicants, me disant que je récupérerais le couvercle par après. Une fois le récipient rempli, j’ai plongé mon bras dedans, sans imaginer que le liquide déborderait et noierait la table, au grand dam de madame ! J’avais seulement retenu d’Archimède que tout objet plongé dans un liquide en ressort mouillé.

Passant des mystères de la physique à ceux des mathématiques, j’ai été suffoqué, quelques heures plus tard, par un tweet de Pierre-Manu Losfeld, un sympathique fondu de statistiques, indiquant que si l’amical Belgique-Luxembourg (5-1) du 26 mai 2014 n’avait pas été invalidé par la FIFA parce que Wilmots y avait effectué 7 remplacements au lieu de 6, la Belgique ne pourrait pas devenir, demain, N.1 mondiale.

Donc, une victoire de plus nous aurait fait… reculer au classement ? Eh oui ! Bien vu, mon cher Pierre-Manu ! En fait, une victoire en amical face au Luxembourg vaut peu de points (264), et comme le ranking FIFA représente la moyenne des points pris par match joué, ce succès nous aurait fait… perdre 18 unités. Dans ce cas, nous n’aurions pu totaliser que 1.422 points en battant Israël demain, au lieu de 1.440, tandis que l’Argentine en comptera 1.429 si elle bat le Paraguay. Quelle soupe  !»