Une régionalisation de l’enseignement et de la culture en Wallonie? Rudy Demotte se dit contre et répond à ses collègues socialistes

« Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain », a réagi M. Demotte mercredi interrogé en marge de la séance plénière du Parlement de la Fédération.

Pour M. Demotte, dans le contexte communautaire qui est celui de la Belgique, il n’est pas judicieux pour les francophones de Bruxelles et de Wallonie d’apparaître ainsi divisés face aux Flamands. Selon le ministre-président, au-delà des questions de symboles, c’est l’aspect pragmatique et d’efficacité des services à la population qui doit prévaloir.

M. Demotte se dit toutefois prêt à discuter d’une adaptation de l’action de la Fédération pour mieux rencontrer les besoins propres des Régions bruxelloise ou wallonne, « mais le pouvoir normatif doit rester au sein de la Fédération ». Selon lui, « il faut garder une cohésion entre Bruxelles et la Wallonie ».

Dans cette carte blanche, les députés socialistes Christophe Collignon, Pierre-Yves Dermagne et Nicolas Martin réclament la régionalisation de l’enseignement et de la culture, deux compétences phares de la Fédération.

Pour les signataires, ce transfert est nécessaire pour renforcer l’identité wallonne et créer un lien plus étroit entre politique économique, éducative et culturelle afin de parfaire le redressement de la Wallonie.

Cette sortie régionaliste de ces députés socialistes survient le jour même où la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, était invitée à s’exprimer devant le Parlement de la Fédération.

Il y a un mois, Pierre-Yves Jeholet et Jean-Luc Crucke, respectivement chef de groupe et député wallon MR, avaient eux aussi appelé à une intégration des compétences de la Fédération par les Régions.

Réagissant mercredi en plénière à cette sortie de ces trois députés PS, le cdH François Desquesnes, proche du président de ce parti, Benoît Lutgen, a exprimé son opposition à toute régionalisation des compétences de la Fédération.