Disparition de Myriam Brohée à Saint-Ghislain: l’enquête se poursuit 15 ans après !

Le 18 octobre 2000, Myriam Brohée disparaît mystérieusement. Quinze ans après les faits, et après de nombreuses fouilles, cette logopède de Saint-Ghislain – âgée de 42 ans au moment où l’on a perdu sa trace – n’a toujours pas été retrouvée. Aussi étonnant que cela puisse paraître, la procédure judiciaire était toujours en cours. Depuis des années, ses parents ont tout fait pour obtenir un renvoi aux assises.

Après plusieurs reports, l’ordonnance attendue en chambre du conseil est finalement tombée. Résultat : la chambre du conseil a rendu hier une ordonnance de plus ample informé. « C ela signifie qu’on peut encore accomplir certains devoirs pour essayer de connaître la vérité. Nous allons en discuter avec le parquet général. Nous allons voir si ces devoirs pourraient apporter quelque chose. À première vue, je n’y vois pas d’opposition», a commenté dans la soirée le procureur du Roi Christian Henry.

Concrètement, depuis la disparition de Myriam Brohée, les techniques de recherches scientifiques pour découvrir l’existence d’un cadavre ou non enfoui ont pu évoluer. Les possibilités offertes dans ce contexte ne doivent pas être négligées. C’est en tout cas, en résumé, la réflexion de la chambre du conseil, qui a donné a donné satisfaction à Me Itani, conseil de l’ex-mari et des filles de la logopède disparue.

Après avoir passé la soirée tranquillement devant la télévision, ces dernières avaient constaté la disparition de leur maman, une disparition rapidement considérée comme inquiétante puisque la voiture et le sac de la logopède se trouvaient toujours au même endroit.

Si le parquet général marque son accord sur cette ordonnance, le juge d’instruction effectuera ces recherches à caractère scientifiques.

Retrouvez cette information dans l’édition de ce samedi