Bad buzz des policiers garés sur un emplacement «handicapés» à Binche: la stratégie du silence a ses limites...

Deux communes, assez proches, deux photos sur Facebook, et deux « bad buzz » cette semaine. Le buzz, c’est quand on fait parler de soi, et que le sujet est partagé un peu partout sur les réseaux sociaux et le web, ce qui est très positrif, en général. Sauf que le « bad buzz », ou « mauvais bruit », c’est quand tout le monde en parle... négativement. Premier exemple : un passage clouté plutôt « original » à Courcelles ; avec des lignes tracées de travers, de façon irrégulière et des commentaires façon « ils avaient bu à la commune » ? Même jour, autre commune : une photo de voiture de police garée sur les emplacements réservés aux personnes handicapées devant la gare de Binche.

Dans le premier cas, une réaction rapide de la commune, directement via Facebook, a permis de désamorcer la bombe : la voirie est régionale, la commune n’est pas responsable, mieux, elle annonce sa réaction via une lettre.

Dans le deuxième cas... le silence. Absolu. Ce qui fait que le bad buzz continue à enfler : 90 % des récations se scandalisent de l’attitude des policiers, censés montrer l’exemple, seuls 10 % les défendant, soulignant le caractère fréquemment urgent de leurs interventions. L’ennui, c’est que sans réaction officielle, impossible de montrer que cette maladresse avait une bonne raison ou qu’elle sera réprimandée. On l’a souligné dans ce journal : le cadenassage des infos « policières » est peut-être bon, généralement, pour l’image de Binche : si on ne dit rien, c’est qu’il ne s’y passe rien. Mais dans ce cas-ci, la stratégie du silence affiche ses limites : n’importe quelle réponse vaurdait mieux que laisser penser qu’on trouve ça normal...