Ixelles: huit réfugiés retranchés dans des grues de chantier, Porte de Namur

Les personnes qui se sont retranchées ce lundi matin sur deux grues d’un chantier de la porte de Namur à Bruxelles, séjournent depuis des années en Belgique et tentent depuis d’obtenir un titre de séjour, selon des sympathisants qui se sont réunis aux abords du chantier du boulevard de la Régence. D’après eux, il s’agit d’une dizaine d’hommes et de femmes qui, vers 4h30, sont montés sur les grues. Un négociateur de la police fédérale s’est rendu sur les lieux pour entamer un dialogue avec eux.

"Il s’agit de gens qui font des actions avec nous depuis des années et que le désespoir pousse maintenant à une action plus radicale. Certains d’entre eux ont introduit leur demande lors de la grande vague de régularisation de 2009 mais ont reçu un avis négatif. Il s’agit notamment de Marocains mais il y a également des ressortissants d’autres pays, dont une femme très malade. Tout ce qu’ils demandent est un titre de séjour", a indiqué Saïd, porte-parole de la Coordination des Sans-Papiers.

Une des personnes présente aux pieds des grues est Abdel Mofid, dont le frère se trouve sur un des engins. "Un des hommes qui est monté sur la grue vit en Belgique depuis 17 ans, travaille ici comme indépendant et paye ses impôts. D’autres ont observé une grève de la faim il y a quelque temps. On leur avait alors promis une titre de séjour qu’ils n’ont jamais reçu. L’action qu’ils font aujourd’hui a pour objectif l’obtention de papiers mais ceux qui la mènent veulent également attirer l’attention sur la situation des réfugiés et sur le fait qu’ils sont souvent exploités sur des chantiers."