Charleroi - Poursuivis pour avoir crevé l’œil d’un adolescent avec un pistolet à billes

Les faits sont survenus le 14 février 2011 à Gilly (Charleroi). Patrick R. venait d’avoir une altercation avec un individu pour un motif indéterminé. Ayant appris la nouvelle, une dizaine de membres de sa famille, dont son fils Kévin, l’ont rejoint sur place pour en découdre. Un ami de l’agresseur, âgé de 15 ans, a été pris à partie par la bande et roué de coups. L’un des protagonistes a également tiré dans sa direction au pistolet à billes, l’atteignant à l’oeil. A la suite de cette agression, l’adolescent a perdu l’usage complet de cet oeil, malgré trois interventions chirurgicales. Selon Me Marc, conseil de la partie civile, il est aujourd’hui en décrochage scolaire et dépressif. L’avocate a réclamé 25.000 euros provisionnels pour le jeune homme et 5.000 euros de dommages moraux pour sa mère.

Selon le parquet, les faits ont bel et bien été prémédités. «Il s’agissait d’une expédition punitive et comme la cible principale avait déjà déguerpi, on s’est jeté sur celui qui trainait la patte. On l’a frappé et on a tiré avec un fusil à billes. Kévin R. reconnait l’avoir emporté avec lui et l’avoir placé à sa ceinture. Et on retrouve des traces de semelle de son père sur le visage de la victime. Leur participation est indéniable», a conclu le parquet qui a réclamé 5 ans de prison pour le père et 6 pour le fils.

Me Vanardois, conseil de Kévin R., a fait remarquer que son client s’était rendu sur place, non pour en découdre, mais pour ramener son père à la maison. Et qu’il avait en outre appelé la police, preuve qu’il s’est désolidarisé de la vendetta. Ne disposant pas du contenu de cet appel dans le dossier, le tribunal a demandé des devoirs complémentaires et remis l’audience au 11 mars.