Arlon : la province de Luxembourg a enfin son centre IVG

Le 2 avril dernier, nous écrivions dans ces colonnes que se faire avorter en province de Luxembourg était purement et simplement impossible. Car depuis la fermeture du centre IVG de Bastogne, en 2012, les Luxembourgeoises devaient se rendre à Rochefort ou à Namur, au plus près, pour mettre un terme à une grossesse non désirée. Une situation que dénonçaient alors le Centre d’Action Laïque (CAL) et les Femmes Prévoyantes Socialistes (FPS) d’Arlon. C’est donc une bonne nouvelle qu’apporte aujourd’hui Cécile Artus, coordinatrice des FPS à Arlon. «  Début novembre, nous avons pu ouvrir officiellement un centre IVG dans nos locaux, rue de la Moselle à Arlon ». L’affaire n’a pas été simple, mais désormais, les femmes qui ne souhaitent pas poursuivre leur grossesse peuvent avorter à Arlon. Au plus tard lors de la 12e semaine de grossesse selon la loi.

Nous avons rencontré les deux médecins qui pratiquent ces interruptions volontaires de grossesse (IVG), les docteurs Jocelyne Tatchou et Fatiha Manouach. La première vit dans la région d’Arlon, tandis que la seconde habite Bruxelles. Deux jeunes médecins qui sont avant tout des militantes convaincues par la cause. « Je travaille en planning familial depuis 2011 et j’ai suivi les formations GACEHPA (l’acronyme de Groupement d’Action des Centres Extra-Hospitaliers Pratiquant l’Avortement, NDLR) pour pouvoir pratiquer l’IVG. C’est une formation qui dure deux ans et au cours de laquelle on passe dans différents centres de planning. Personnellement, je trouve que c’est extrêmement important, en tant que médecin, de pouvoir apporter une aide à ces femmes qui sont dans des situations souvent très compliquées. D’ailleurs, ici, on essaie de faire en sorte que les femmes se sentent en sécurité, comme dans un cocon », nous explique le docteur Jocelyne Tatchou.

Prolongez l’information dans La Meuse Luxembourg de ce mercredi 2 décembre ou sur nos supports numériques