Inquiétant: Jan Jambon affirme que les frères Abdelsam ont été renseignés avant les attentats de Paris!

837 personnes sont fichées à la Sureté de l’Etat en date du 29 octobre 2015. Dans cette liste, les frères Abdeslam, Salah, toujours en fuite, et Brahim, le kamikaze du boulevard Voltaire sont fichés. «  Le signalement des foreign fighters se fait même au niveau SIS et Interpol et les informations sont partagées avec Europol et Interpol. Les informations concernant toutes les personnes de cette liste sont échangées aux différents niveaux, Schengen Information System, Europol et Interpol. Il y a quelques mois, la Belgique ainsi que trois autres pays étaient les seuls à fournir de l’information à Europol. Les choses se sont améliorées car heureusement il y a eu une pression européenne sur ce plan, mais les choses n’allaient pas de soi. Sur la liste figuraient deux noms de personnes en lien avec les attentats de Paris. Selon les informations disponibles, ces personnes sont connues pour avoir eu l’intention de se rendre en Syrie sans y être parvenues », a déclaré Jan Jambon (N-VA), ministre de l’Intérieur lors de la commission qui s’est déroulé mercredi au parlement fédéral.

Les frères Abdeslam étaient-ils renseignés au niveau européen au moment des attentats de Paris du 13 novembre 2015 ? «  Oui. Ils ont été correctement signalés au niveau de Schengen Information Systeme et à Interpol comme pouvant potentiellement partir en Syrie. Les informations ont été correctement transmises », précise la porte-parole du ministre de l’Intérieur.

Interpellant de savoir que Salah Abdeslam était fiché au niveau européen quand on sait qu’il a été contrôlé à plusieurs reprises. Tout d’abord, il a été contrôlé le lendemain des attentats. À 9h10, Salah Abdeslam, l’ennemi public numéro 1 qui n’est pas encore recherché, est contrôlé à Cambrai en compagnie de ses deux amis Mohamed Amri et Hamza Attou qui sont venus le chercher à Paris. Les trois Molenbeekois ont pu repartir car ils n’étaient pas « fichés en France ». Si Salah Abdeslam était bien renseigné auprès d’Interpol et dans le contexte de l’état d’urgence en France, comment se fait-il qu’il n’a pas été inquiété plus que ça lors de ce contrôle d’identité ? Étant renseigné à Interpol, ne devait-il pas être fiché en France ?

Nous avons pris contact avec le ministère de l’Intérieur en France. Nous avons eu pour seule réponse que notre question était «  sensible ».

Une info à lire en exclusivité dans nos éditions de ce samedi et via notre liseuse numérique