Un probable attentat de l’Etat Islamique, prévu pour le Nouvel an, a été déjoué: cinq suspects ont été arrêtés en Indonésie

Au cours de vastes opérations effectuées vendredi et samedi par les forces de l’ordre sur la grande île de Java, où se trouve la capitale, Jakarta, la police a appréhendé cinq membres d’un réseau terroriste présumé et saisi des produits chimiques, du matériel de laboratoire ainsi qu’un drapeau inspiré par le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Parmi les suspects interpellés figure Asep Urip, un homme de 31 ans enseignant dans une école islamique accueillant enfants et adultes dans le centre de Java, et un de ses élèves, Zaenal, 35 ans, soupçonné par la police d’avoir été « préparé » pour mener une attaque imminente.

« Selon des informations préliminaires, il a été établi que Zaenal était candidat pour commettre un attentat suicide à Jakarta pendant le Nouvel An 2016 », la nuit du 31 décembre 2015 au 1er janvier, indiquent les documents de la police consultés par l’AFP.

Lors d’une perquisition effectuée dans la maison de l’enseignant, un drapeau noir portant une inscription « similaire au drapeau de l’EI » a été saisi, précise la police.

Deux autres suspects interpellés entretiennent des liens avec cet internat islamique et avec des experts dans la fabrication de bombes et des extrémistes dans d’autres régions de Java. L’un d’eux, Iwan, s’était rendu dans le courant du mois dans l’ouest de Java avec l’intention de fabriquer une bombe, selon la police.

Un cinquième homme a été arrêté samedi près de la ville de Semarang. Une perquisition dans sa maison a abouti à la découverte d’objets suspects servant à fabriquer une bombe : du matériel de laboratoire, des manuels sur des produits chimiques et des engrais.