Plusieurs mineurs interpellés à la suite d’une série d’agressions d’étudiants à Namur

Une réunion est prévue mardi entre la zone de police de Namur et le procureur du Roi de Namur Vincent Macq en vue de vérifier s’il existe des liens entre les différents faits et de «convenir de la suite à réserver» aux personnes interpellées, ajoute Pascal Ligot. L’enquête est quasiment bouclée, selon Maxime Prévot.

Depuis le week-end dernier, les patrouilles de police ont été renforcées en soirée sur le campus de l’Université de Namur (UNamur) et à proximité de la passerelle piétonne surplombant la Sambre, en plus de la caméra de surveillance qui y a été installée suite aux viols et tentatives de viol commis dans ce quartier voici trois ans.

«Ces agressions sont un dossier prioritaire sur lequel nous avons beaucoup travaillé. Nous utilisons nos capacités policières à bon escient en cette période de blocus et d’examens qui n’est déjà pas facile pour les étudiants, en cette période de soldes aussi où il y a beaucoup de monde en ville. Nous voulons rassurer la population et à tout prix endiguer cette psychose qui a eu lieu voici trois ans», a déclaré le commissaire Ligot.

Entre décembre 2011 et février 2012, six viols et trois tentatives de viols avaient été commis sur des étudiantes dans le quartier universitaire. Des cours d’auto-défense avaient été dispensés et des mesures de sécurité en soirée avaient été prises pour protéger les jeunes femmes.