Marche: des fusiliers marins bientôt au camp militaire?

Toutes les casernes situées dans la province vont-elles maintenir leur activité ? Pour répondre à cette question, il va encore falloir patienter quelques semaines. Si le plan stratégique 2019-2030 présenté voici quelques jours par le ministre de la Défense Steven Vandeput annonce une réduction du nombre de militaires (25.000 contre 30.820 actuellement), il n’a pas encore défini quelles infrastructures passeraient à la trappe.

Le politicien préconise la mise en place d’une puissance militaire assez flexible. Pourquoi ? Pour pouvoir « contribuer à la stabilité et à la sécurité des frontières européennes et des flux globaux vers l’Europe mais aussi au départ de l’Europe. » Cela tout en continuant à œuvrer au sein de l’OTAN, notamment.

Au camp militaire de Marche, ce plan laisse penser que les bataillons actuels (Lanciers, Chasseurs Ardennais…) intégreront en leur sein de nouvelles composantes.

« On y mentionne une petite douzaine de groupements tactiques interarmes, explique le lieutenant-colonel BEM Luc Hanset, adjoint du commandant de la Brigade Légère, un commandement des opérations spéciales regroupant les forces spéciales et des unités de type Rangers/paracommandos, une capacité de transport logistique blindée, de nouveaux moyens performants de transmission et d’information et un équipement du combattant au contact de dernière génération. »

Le plan prévoit aussi la mise en place d’une nouvelle capacité d’infanterie de marine à développer en partenariat avec les Pays-Bas. « Une ou deux compagnies de fusiliers marins pourraient bientôt être intégrées au camp de Marche », pense encore le lieutenant-colonel BEM.

Si le plan est, sur certains aspects, assez ambitieux, les militaires se demandent avec quels moyens ils vont pouvoir le mettre en œuvre.

« Les projections d’ici 2019 sont peu encourageantes. Le recrutement ne permettra pas de compenser les nombreux militaires qui partiront en pension au cours de la même période, commente le lieutenant-colonel BEM Luc Hanset, pour la Brigade Légère. Si rien ne change, la composante « Terre » ne pourra appliquer le plan stratégique du ministre à partir de 2019 car elle sera devenue famélique ! »

Prolongez l’information dans La Meuse Luxembourg de ce samedi ou via nos supports numériques.