Theo Francken explique aux migrants les bonnes façons de draguer la femme, au moyen de graphiques et d’illustrations

Au lendemain des agressions commises sur des centaines de femmes à Cologne, lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, par des demandeurs d’asile notamment, Theo Francken (N-VA) avait promis d’éduquer les migrants, sur la manière de se comporter avec les femmes et sur la façon dont elles doivent être respectées. « Je suis révolté par les événements de Cologne (…) » , avait-il dit. « Indépendamment du profil des auteurs, je ne tolérerais pas ça chez nous : l’égalité entre hommes et femmes est un droit intangible. Je ne supporterai pas que l’on y touche » .

Ce mardi devant la Commission de l’Intérieur, le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration a été interpellé sur ces fameux cours de respect de la femme. Il a indiqué que les cours s’inspireraient de ce qui se fait déjà au centre Fedasil de Kapellen près d’Anvers. Un centre qui héberge 540 migrants et où une brochure intitulée « Relations et santé sexuelles » , en néerlandais, est déjà distribuée.

« On souhaite à présent standardiser et structurer ces cours pour l’ensemble des centres et les donner aussi bien aux hommes qu’aux femmes » , précise Katrien Jansseune, porte-parole du secrétaire d’État. Une nouvelle brochure, en cours de préparation, sera distribuée à l’ensemble des centres. Que trouve-t-on dans ce dépliant ? Des photos, des dessins et du texte qui vont droit au but.

Par exemple, dans le chapitre « Comment flirter avec une personne » , la brochure précise ceci : « En Belgique, chacun peut choisir lui-même son/sa partenaire, qu’il peut rencontrer par l’intermédiaire d’amis, lors d’une fête, au travail, à l’école, à l’université, au club de sport, ou via internet »

Concrètement, on vous donne quelques trucs pour draguer comme il faut, comme : établir le contact avec les yeux, sourire, se présenter, commencer une conversation, être drôle, éviter de toucher la personne…

Découvrez la suite de cette information dans nos versions papiers ou nos éditions numériques du 20 janvier 2016.