En ce momentMiss BelgiqueCorruption au Parlement européen Accueil

Charleroi: les assises pour Ambre Gravensteyn et Jeffrey Miermont, accusés du meurtre de Bernard Deswijzen

Ambre Gravensteyn et Jeffrey Miermont s’expliqueront donc devant la cour d’assises de Mons. La chambre des mises en accusation vient de trancher, sans suspense. Ils sont accusés du crime le plus grave du code pénal avec l’assassinat, le meurtre commis pour faciliter le vol ou en assurer l’impunité. En décembre 2014, les deux jeunes marginaux ont littéralement massacré Bernard Deswijzen, qui voulait juste rendre service à la jeune paumée…

Début décembre 2014, le malheureux Bernard Deswijzen, 64 ans, est découvert à son domicile de la rue du Bierchamp à Marcinelle. Il baigne dans une mare de sang. Le sexagénaire est décédé depuis trois ou quatre jours. Et il a vécu un véritable calvaire : le pauvre homme a été massacré à coups de couteau, à coups de ciseau dans le crâne, à coups de tournevis et de pince coupante… Toute la trousse à outils y est passée !

C’est finalement grâce à Ambre Gravensteyn, une jeune prostituée toxicomane de 19 ans que le corps est découvert : la jeune femme s’est en effet confiée à sa mère après le crime, expliquant qu’elle et son petit copain Jeffrey Miermont avaient tué le malheureux Bernard alors qu’il avait eu pitié d’elle et lui avait proposé de l’héberger quelques jours en ce début d’hiver frisquet. Selon Ambre, Jeffrey voulait les clés de la voiture de Bernard et celui-ci refusait. C’est pour cela qu’il a été tué, avec une sauvagerie qui fait froid dans le dos.

Jeffrey Miermont sera, lui aussi, interpellé dans la foulée, 24 heures après la jeune femme. Il a effectivement quitté l’habitation de Bernard Deswijzen à Marcinelle au volant de la voiture de la victime. Et il a emmené une série d’objets pour les revendre. Mais il rejette la responsabilité du crime sur la jeune femme : «  J’étais aux toilettes, je n’ai rien vu, c’est elle qui l’a tué » dira-t-il lors de la reconstitution en indiquant… la porte de la cuisine ! D’ailleurs, il a pris la peine d’enregistrer sur son téléphone les « aveux » d’Ambre, obtenus, expliquera-t-elle, sous la contrainte.

Bref, entre ces deux-là, ce n’est plus l’amour fou, on le comprendra aisément. D’autant que la suite sera lourde de conséquences. Un procès aux assises, pour « vol avec meurtre », c’est la perspective d’une réclusion à perpétuité. Ce qui n’incite évidemment pas à la solidarité.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo