38 demandeurs d’asile régularisés depuis l’ouverture du Centre de Stockem (Arlon)

La vie s’organise de mieux en mieux au centre de Stockem (Arlon). Les enfants ont tout particulièrement apprécié de pouvoir participer au récent carnaval du chef-lieu . Les adultes aussi.

Avec le retour du printemps, un atelier « vélos » va voir le jour. D’autres préfèrent participer aux allures libres. De plus en plus de cours de français sont organisés au centre pour les adultes et les participants sont de plus en plus assidus. Quant aux enfants, ils sont scolarisés.

Nous avons pu assister à l’un des cours pour adulte, samedi. Il y avait moins de monde que d’habitude, en raison du carnaval. Ce qui frappe d’abord c’est la gentillesse des élèves. La reconnaissance se lit dans leurs yeux. Et ils veulent vraiment apprendre le français.

Car beaucoup espèrent obtenir un statut positif de réfugié, ce qui leur permet de rester en Belgique. Une des élèves, Rana, une maman syrienne de 3 enfants, vient d’obtenir ce statut pour elle et toute sa famille. Elle se réjouit, elle va quitter le centre. Elle cherche un logement social.

Découvrez dans La Meuse Luxembourg de ce jeudi et dans notre édition numérique comment certaines personnes arrivent à obtenir le statut positif de réfugié. Il y a eu 38 reconnaissances de ce type depuis l’ouverture du centre. Par ailleurs, il existe aussi un statut de « protection subsidiaire » accordée pour un an et renouvelable. 13 personnes du centre de Stockem ont obtenu ce statut.

Par contre en cas de refus du Commissariat Général des Réfugiés et Apatrides (CGRA), des recours sont encore possibles auprès du Conseil du contentieux des étrangers et du Conseil d’état. S’ils n’aboutissent pas, le candidat est alors renvoyé dans son pays.