Les trois jours de deuil national décrétés par le gouvernement ont débuté ce mardi

Le dernier deuil d’une telle durée remonte au décès du Roi Baudouin, commentait-on par ailleurs. Cette décision implique que tous les drapeaux nationaux sont obligatoirement mis en berne. Ceux des Communautés et Régions peuvent l’être.

D’autres initiatives pourraient être prises comme une minute de silence, un rassemblement -même si l’alerte de niveau 4 rend ce genre de démarche plus difficile, ou l’ouverture de chapelles ardentes.

L’Organe d’analyse et de coordination de la menace (OCAM) a confirmé le niveau 4 de menace. Une nouvelle évaluation aura lieu dans la matinée de mercredi.

«Je veux dire avec la plus grande force à ceux qui ont fait le choix de se porter en ennemis barbares de la liberté et de la démocratie que nous resterons unis et mobilisés», a proclamé le premier ministre, Charles Michel.

Le chef du gouvernement a assuré de la détermination des autorités belges à traquer les terroristes. A ses yeux, cette situation ne peut toutefois durer éternellement. «Nous voulons tout mettre en oeuvre pour revenir le plus rapidement possible à une vie normale», a-t-il déclaré.