La police de Malines dément avoir reçu des infos concernant une éventuelle planque de Salah Abdeslam

Yves Bogaerts reconnaît qu’une faute a été commise au sein de ses services autour de la transmission d’une information à la Banque de données nationale générale. Cette information précisait qu’il pouvait y avoir une « troisième personne radicalisée » qui pouvait être liée à l’adresse rue des Quatre Vents à Molenbeek-Saint-Jean et qui a probablement eu un contact avec les frères Abdeslam dans un passé lointain.

Mais la police de Malines affirme qu’elle n’avait pas d’information concernant une éventuelle planque de Salah Abdeslam et aucune info en sa possession ne renvoyait à Salah Abdeslam ou Abid Aberkane, le logeur du suspect clé, d’après la police locale.

Selon les journaux de Mediahuis, le chef de corps aurait volontairement bloqué une information ce qui aurait empêché une interpellation anticipée de Salah Abdeslam.

Le 11 décembre, la cellule radicalisation de la police de Malines s’est interrogée sur ce qu’elle devait faire avec une information évoquant « une potentielle troisième personne radicalisée » et il a été décidé de transmettre toute info au parquet d’Anvers et à la police fédérale d’Anvers.

Cela a été fait le 17 décembre et le 30 du même mois. Bien que des incertitudes planaient encore, le chef de corps a tout de même décidé de transférer l’info à la Banque de données nationale générale (BNG), le 31 décembre. Selon le chef de corps, une faute en interne aurait été commise à ce moment-là car l’info n’a jamais été transmise à la Banque de données.