Joost Vandendries, un belge de 44 ans, a descendu une piste de ski à 198 km/h

Tous les fous de vitesse ou de KL étaient rassemblés ce samedi à Vars, dans les Hautes Alpes françaises. Toutes les conditions étaient réunies afin de descendre la mythique piste de Chabrières, longue de 1220 mètres dans le cadre des Speed Masters 2016.

Cette piste d'une pente moyenne de 52%, les champions venus du monde entier la descendent...en ligne droite.

Vue d'en haut, la performance semble impossible à réaliser. La piste donne le vertige. D'ailleurs, les champions eux mêmes affirment en avoir peur. Cette peur leur permet d'être prudents et d'éviter les accidents.

Le record mondial de KL était détenu depuis 2013 par Simone Origone, un Italien. En 2015, il a été flashé à 252 km/h sur la piste de Chabrières. Ce samedi, son petit frère de 25 ans, Ivan, l'a détrôné avec une vitesse de 254 km/h.

Un Belge de 44 ans fait aussi partie du cercle très fermé de ces skieurs de vitesse. Joost Vandendries est le 3e belge le plus rapide de tous les temps. Il a enregistré son record personnel ce jeudi. Le chrono a affiché 198 km/h. Il était le seul skieur belge cette année. L'athlète est d'ailleurs à la recherche de sponsors.

Le ski de vitesse demande énormément de préparation. Et quand on les voit descendre cette piste vertigineuse à une vitesse dépassant celle d'une voiture, on le comprend. Cette performance hors du commun demande également beaucoup de concentration.

Il faut aussi que toutes les conditions météorologiques soient réunies. Cela permet d'assurer la sécurité des skieurs. "Il ne faut pas trop de vent et il faut que la température de la neige soit parfaite. Elle ne doit pas être dure. L'idéal est qu'elle soit un peu chaude. Le but c'est de ne pas avoir d'accident. Ça arrive de temps en temps, car c'est un sport de haut niveau et qui n'est pas facile", explique Joost Vandendries.

Ce samedi, quelques centaines de spectateurs étaient présents pour assister à ce spectacle impressionnant.

Un skieur qui descend une piste en schouss à une vitesse avoisinant les 200 km/h, ça fait du bruit. On croit entendre un avion de chasse passer. Les athlètes n'ont que quelques centaines de mètres pour freiner cette vitesse infernale.

Seuls les skieurs de vitesse les plus expérimentés peuvent démarrer du haut de la piste. La pente semble être en angle droit par rapport à l'arrivée. Les skieurs peuvent entamer leur descente depuis 4 endroits différents, déterminés par des drapeaux.

Pour aller le plus vite possible, ils portent une combinaison qui attire l'œil. Il s'agit d'une combinaison en latex rouge qui se porte très près du corps. Ils portent aussi un casque qui ressemble étrangement a celui de Dark Vador.

Enfiler cette tenue règlementaire prend du temps. "Il nous faut environ 1h pour la mettre, avec l'aide de plusieurs personnes. Une fois qu'on est en bas de la piste, on est pressé de l'enlever!"

Cette tenue ne protège pas énormément des blessures en cas de chute. En 2010, Joost est d'ailleurs tombé à 170 km/h. L'amateur de sensations fortes s'en est sorti sans trop de dégât. "Si on tombe, la combinaison cause de grosses brulures sur la peau."

Pour s'entraîner, le champion belge fait le tour des stations d'Europe qui disposent d'une piste dédiée au KL. Joost pense et respire ski de vitesse toute l'année.

Sa passion est telle qu'il a aménagé une piste dans son jardin d'une pente de 20 degrés. "L'an prochain, mon objectif est de battre le record belge qui est de 215km/h. En plus, 2017 marquera le 20e anniversaire de ce record", annonce le champion belge.