Cibles potentielles des terroristes, nos captages d’eau sont sous haute surveillance

Le sujet est délicat et les différentes personnes contactées, au sein des sociétés de captage et de distribution d’eau potable, nous demandent de ne pas effrayer la population. « Le sujet est touchy », nous dit l’un. « C’est trop sensible… », nous dit un autre.

Mais la réalité est là et… rassurante. Oui, on a augmenté la vigilance autour des installations liées à l’acheminement de notre eau alimentaire. « Vous comprendrez que l’on veuille rester discret sur le sujet », déclare Marie-Eve Deltenre, porte-parole de Vivaqua, l’intercommunale qui alimente la région bruxelloise (621.709 logements) au départ de 26 captages situés dans le Condroz hutois, le namurois mais aussi du côté de Mons, Spy, Braine-l’Alleud…

La suite de notre article dans nos éditions de ce jeudi et sur support numérique