Bruxelles: Yvan Mayeur mis à la porte par un restaurateur, mécontent de l’instauration du piétonnier

Contacté, Yvan Mayeur n’a pas nié le fait mais s’est refusé à tout commentaire, se contentant de juger cet incident « regrettable »

À La Capitale, la patronne du Cecila explique : « on ne s’est pas disputé, cela s’est très bien passé », précise Mélanie Englebin. « C’était une réaction instinctive, je ne me voyais pas cuisiner pour cette personne-là. Mon restaurant fonctionnait très bien jusqu’en juin de l’année passée. Mais, dès le premier jour du piétonnier, les clients ont téléphoné pour annuler, suite aux bouchons qui ont duré des heures. Mon affaire est en train de couler à cause du piétonnier. » Et elle ajoute : « mes clients de Woluwe, Uccle ou Ixelles ne viennent plus. À midi, parce qu’avec le plan de mobilité, ils n’ont pas le temps d’arriver, de se garer et de venir manger. Et, le soir, certains disent que les parkings sont complets et puis il y a le sentiment d’insécurité sur le boulevard Anspach. » Pour elle, il n’y a qu’une solution pour que cela aille mieux. » Il faut rouvrir le boulevard Anspach à la circulation pour éviter les tracas de circulation tout autour. » Et elle lance ce message à tous. « Plus que jamais, c’est maintenant que Bruxelles a besoin de vous ! Venez dans le centre. Il y a des alternatives pour venir et même pour se garer. »