Rapport exclusif : voici comment les Belges en état de pauvreté doivent faire pour s’en sortir

En surface, il y a les chiffres. Froids. Répétitifs. Ils indiquent que la pauvreté ne cesse de gagner du terrain, dans notre pays. Elle atteint désormais potentiellement 21,2 % des Belges, soit plus d’un habitant sur cinq ! Et puis dans l’ombre, il y a la réalité. Celle du quotidien de ces personnes. Qui parle. Et qui effraie. Ce chauffage tombé en panne, et qu’on ne pourra pas réparer. Ces rappels de factures qui s’accumulent et dont les intérêts s’envolent. Ou ce morceau de viande ou de poulet qui ne garnira pas l’assiette aujourd’hui. Pas même celle des enfants.

Sinistre et interpellante, c’est cette vérité-là que le SPF Économie a eu envie de cerner, dans une enquête statistique que Sudpresse dévoile aujourd’hui en primeur. Elle ne témoigne pas seulement de constats. Elle montre aussi combien, très souvent – trop souvent – la pauvreté est une spirale. Car les statisticiens de sa direction générale des statistiques sont formels  : la pauvreté est une chaîne qui tourne en boucle.

Spirale infernale

«La privation de revenus suffisants fait basculer quantité de ménages dans la pauvreté», explique ainsi Geneviève Geenens. «Mais la pauvreté influence aussi l’état de santé de la personne», qui manque de moyens pour se soigner convenablement. «De même, lorsqu’on est pauvre, on a moins de revenus à consacrer à son logement. Mais lorsqu’on doit payer sa location, le logement absorbe alors une bonne partie du revenu mensuel du ménage…». Au détriment d’autres postes…

L’enquête définit assez bien cette spirale infernale. Peu de revenus, cela débouche sur une alimentation malsaine et monotone ainsi qu’un logement en mauvais état si pas insalubre. Ce qui provoque des personnes souvent malades. Des ménages à problème. Un enseignement peu fréquenté ou inadapté. Un manque d’emploi. Des revenus insuffisants. Et donc une alimentation malsaine et monotone, ainsi qu’un logement en mauvais état si pas insalubre…

Découvrez tous les détails de cette enquête exclusives – et notamment les conséquences concrètes de la pauvreté sur les adultes et sur les enfants - dans nos journaux de ce mardi, ainsi que dans nos éditions numériques.