Court-saint-Etienne: le père très violent frappait sa femme avec un manche de brosse et électrocutait sa fille après l’avoir ligotée

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné jeudi Lahcen A., né en 1952, à quatre ans d’emprisonnement pour s’être montré violent envers son épouse et ses enfants, à Court-Saint-Etienne. Cette peine est assortie d’un sursis de trois ans pour ce qui excède les deux mois de détention préventive déjà subis. Une prévention de torture est établie : l’homme a infligé des chocs électriques à sa fille de dix ans après l’avoir ligotée, à la suite d’une remarque pour bavardage dans son journal de classe.

L’épouse du prévenu, qui est 28 ans plus jeune que lui, a indiqué aux enquêteurs qu’après un mariage arrangé par les deux familles au Maroc, les violences étaient rapidement devenues récurrentes dans leur couple.

Elle était frappée avec un manche de brosse notamment, et avec une ceinture. Les enfants recevaient également des coups de ceinture. Lahcen se montrait particulièrement dur envers le petit dernier qu’il soupçonnait – à tort, d’après les tests ADN qu’il avait lui-même commandés – de ne pas être son fils biologique. L’épouse était battue et isolée par son mari, qui ne l’autorisait à sortir que pour conduire les enfants à l’école.

Dans son jugement, le tribunal fustige la « conception patriarcale de la famille » d’un homme qui ne maîtrise ni son impulsivité, ni son agressivité à l’égard de son épouse et de ses enfants.