Sert-on de la malbouffe aux écoliers liégeois ? François Schreuer est préoccupé !

Au plus fort de l’affluence, ce ne sont pas moins de 185 écoles qui font appel aux repas chauds proposés par ISoSL depuis que celle-ci a repris les fonctions de l’ASBL Rescolie. Soit un menu servi à 13.800 écoliers. Et selon François Schreuer, celui-ci laisserait à désirer : l’élu VEGA a en effet interpellé l’échevin de l’Instruction publique lundi dernier, lui demandant d’envisager une généralisation du bio dans les cantines liégeoises. Une interpellation à laquelle ce dernier aurait répondu que «  le prix de la viande industrielle est tellement bas qu’elle est même moins chère que les légumes bios » (voir encadré).

Faut-il en conclure pour autant que nos écoliers liégeois se font flouer à l’heure des repas ? Pour le savoir, nous avons contacté Éric Fievez, le directeur général d’ISoSL. Ce dernier est sans appel : non, il n’y a aucun problème de qualité à signaler.

En effet, ISoSL, qui est également chargé de repas pour le secteur hospitalier, «  produit les repas dans le cadre d’un hôpital, où des conditions qualitatives mais aussi des conditions d’hygiène extrêmement strictes doivent être respectées ».

« production transparente »

Et Eric Fievez d’ajouter : « nous avons fait des investissements très importants pour respecter les exigences qualitatives relatives aux repas servis dans les écoles. Nous sommes extrêmement transparents dans notre façon de produire et nous sommes régulièrement contrôlés par des organismes tels que l’AFSCA ».

Une information à retrouver dans La Meuse de ce lundi 2mai.