Veerle, la gouvernante d’André Léonard lui est restée fidèle: elle l’a suivi en France

André Léonard est heureux dans sa nouvelle vie de simple vicaire. Retraité depuis le 12 décembre, l’ancien primat de Belgique est parti vivre là où le soleil brille 300 jours par an : dans les Hautes-Alpes. À Savines-le-Lac, une cité de 800 habitants. Une personne a eu la gentillesse de nous parler de son quotidien. Il s’agit de Veerle Lodrigo, une Gantoise de 48 ans vit depuis 6 ans sous le même toit que l’archevêque. « Je suis arrivée à Malines à sa demande, en 2010. Nous nous étions rencontrés une première fois à Namur, lors d’une fête à la paroisse ».

Veerle repasse pour André Léonard, mais elle fait aussi les courses, le nettoyage, les repas. Et la causette. « Il vit comme tout le monde. Le matin, il se lève à 6h, parfois 5. Il prie puis lit. Au petit-déjeuner, ce sont des tartines au jambon, un yaourt puis le café. Puis, il lit à nouveau. De la philosophie. Il lit aussi ses mails. Et il écrit beaucoup ».

Après le repas du midi, André Léonard s’autorise une petite sieste. Il se promène souvent dans le village, avec elle. Il entretient la forme.

Le soir, il donne à nouveau une messe à l’église juste à côté du presbytère.« Pour lui et pour moi. Parfois, il y a quelques fidèles ». Après le souper, soit il lit, soit il regarde un bon film sorti de la vidéothèque de Veerle. « J’ai amené 600 films avec moi. Le dernier, c’était l’histoire d’Alexandre le Grand. Outre les films historiques, il aime aussi les comédies. Il est friand de Fernandel et de Bourvil ».