Notre dossier sur le nombre de musulmans en Belgique: un travail légitime, basé sur une étude sérieuse

Le moins que l’on puisse dire est que la publication de cet article a suscité un flot de réactions en tous sens. Certaines nous félicitaient pour le sérieux du travail effectué, d’autres nous accusaient de stigmatiser une partie de la population. Dans le même temps, partisans et adversaires de la communauté musulmane égrenaient leurs discours habituels.

Il est en tout cas des accusations que nous ne pouvons laisser proférer. Parmi elles, le fait que nos journaux auraient voulu attiser une quelconque haine raciale ou stigmatiser une communauté. Nous réfutons ces accusations avec force.

L’article publié a fait l’objet d’un travail journalistique sérieux, réfléchi et sans reproches. Dans un communiqué diffusé mercredi après-midi, UNIA (le Centre pour l’égalité des chances) n’a pas du tout condamné la démarche de Sudpresse. Bien au contraire, le Centre a clairement fait savoir qu’il ne voit pas dans la publication de notre article « un élément discriminant ». « Le fait de vouloir compter des groupes ne peut être taxé a priori de nuisible, explique le directeur d’UNIA, Patrick Charlier. Pour mener des politiques publiques, il est important de savoir quels sont les groupes qui composent notre société et où ils se trouvent ».

Lisez ci-dessous les deux pages publiées ce matin :

Les chiffres publiés dans la carte illustrant cet article n’ont rien de fantaisiste ou d’imaginaire. Ils sont extraits d’une étude précise réalisée par un sociologue de la KUL (Université catholique de Leuven), à la demande du Cismodoc, le centre de recherche et de documentation sur l’Islam contemporain de l’Université catholique de Louvain. Etude qui a permis à son auteur d’estimer le nombre d’habitants musulmans que compte notre pays.

Cette étude n’est pas réellement nouvelle. Elle date de 2015 et a déjà été publiée en mars dernier par nos confrères du quotidien flamand « De Standaard ». Ses versions précédentes ont également été relayées par d’autres journaux, dont « Le Soir ». Elle est disponible de manière publique sur internet.

Au moment où de nombreux clichés sont véhiculés sur les populations musulmanes et où des informations erronées sont régulièrement publiées sur la Belgique et ses communes, il nous semblait opportun de publier cette étude qui peut permettre de briser ces clichés. Rappelons que « USA Today », géant américain de la presse quotidienne, annonçait il y a peu qu’il y avait 80% de musulmans à Molenbeek. L’étude et notre article démontrent justement le contraire.

L’enquête sociologique permettait aussi de démontrer que la pratique de la religion musulmane en Belgique est discriminée par rapport à celle d’autres cultes, comme le catholicisme. Un élément que nous avons souligné dans nos pages. Le dossier consacré à ce sujet soulignait également les efforts réalisés par le gouvernement wallon pour permettre à un certain nombre de mosquées d’obtenir une reconnaissance, un financement public, et de sortir d’une relative « clandestinité ».

Libre à chacun, bien sûr, d’exprimer ses opinions, d’aimer nos journaux ou pas, d’apprécier notre travail ou pas, mais nous ne pouvons laisser porter contre notre groupe et ses journalistes des accusations qui sont totalement infondées.

La rédaction