Bruxelles: un enfant de 7 ans frappé parce qu’il ne croit pas en Dieu

C’est en discutant avec un autre enfant, de confession musulmane, que le petit garçon de 7 ans, Nazim (prénom d’emprunt), a déclaré ne pas croire en Dieu. Une déclaration qui n’a pas plu à son camarade de classe du même âge qui l’aurait alors giflé et roué de coups de pied. «C'est un acte choquant», s’indigne Tahir (prénom d’emprunt), le père de la victime. «Pour ce petit garçon on ne peut pas ne pas croire en dieu. C’est interdit», se dit Tahir. «Nous, nous sommes laïcs et nous éduquons nos enfants dans la liberté de se faire leurs propres idées sur la religion.»

L’enfant qui a frappé Nazim serait connu pour avoir des problèmes de comportement à l’école. Le père de ce dernier a été convoqué par les responsables de l’établissement catholique fréquenté par les deux petits garçons mais ne se serait pas présenté. Tahir avoue qu’il n’a pas encore eu de contact avec l’institutrice de son fils à ce sujet. «L’incident date de plusieurs jours mais mon fils a voulu cacher l’événement. Quand il me l’a finalement dit, il avait la voix tremblante parce qu’il a été traumatisé.» Pour Tahir, c’est un incident qui illustre une tendance plus large. «Je constate un manque d’empathie de certains musulmans envers les non-musulmans qui ont de moins en moins le droit d’exister», se désole-t-il. «Ce n’est pas seulement en Belgique, c’est une tendance générale et planétaire.» Tahir préfère garder l’anonymat pour protéger son fils mais également pour ne pas se mettre en porte à faux vis-à-vis de l’école. «Mon fils s’y sent bien

Le récit complet dans La Capitale de ce lundi 30 mai.